- Agave bracteosa, a thornless agave / un agave sans épine - Mediterranean Gardening France

Mediterranean Gardening France

What's New? / Quoi de neuf ?

FAQ
Join / Adhérer
Contact Us / Nous contacter

Agave bracteosa, a thornless agave / un agave sans épine

Agaves should have pride of place in a Mediterranean garden. But because their fearsome thorns are so ferocious, we can be reluctant to find a place for them in flower beds, knowing that, sooner or later, we will end up being cruelly stabbed by getting too close to them. This is a pity, because agaves have a strong architectural presence and are very drought resistant.

Les agaves devraient avoir une place de choix dans le jardin méditerranéen. Mais ils sont tellement féroces avec leurs redoutables épines qu’on rechigne à leur trouver une place dans les massifs car, tôt ou tard, on finit par se piquer cruellement en les approchant de trop près. C’est dommage parce qu’ils ont une forte présence architecturale et ils résistent très bien à la sécheresse.

However, there is a thornless agave: Agave bracteosa, sometimes called the spider agave, because of the shape of its leaves. It is a Mexican endemic from the northern Sierra Madre Oriental, found on cliffs and rocky slopes at altitudes of 900 to 1,700 m.

Néanmoins, il existe un agave sans épine : c’est Agave bracteosa, parfois appelé « agave araignée » à cause de la forme de ses feuilles. C’est un endémique mexicain du Nord de la Sierra Madre Orientale, sur les falaises et les pentes rocheuses, de 900 à 1 700 m d’altitude.

Completely different from other agaves, Agave bracteosa cannot be confused with any other species. It has an interesting tulip-shaped heart, and its narrow, flexible, light green curved leaves have neither terminal spines nor edges with sharp teeth. This agave produces numerous shoots and eventually forms fairly dense clumps, growing wider rather than taller. In the garden, it can form a clump one metre wide and 0.60 metre high.

Totalement différent des autres agaves, Agave bracteosa ne peut être confondu avec aucune autre espèce. Il a un cœur original “en tulipe” et ses feuilles souples, vert clair, étroites et récurvées, sont totalement dépourvues d’épine terminale et de dents acérées sur les bords. Cet agave produit de nombreux rejets et finit par former des touffes assez denses en se développant plutôt en largeur qu’en hauteur. Au jardin, il forme actuellement un groupe d’un mètre de large sur 0,60 mètre de haut.

For a long time, I grew my agave in a pot, bringing it into a cold greenhouse each winter because I didn’t know how hardy it was. However, as it became too big for the pot, I finally planted it in open ground, in well-drained soil, in the spring of 2011.  It withstood the -10°C we experienced in the winter of 2012 perfectly well. Since then, it has withstood various cold snaps, snowfalls and heatwaves without any problems.

Je l’ai longtemps cultivé en pot, rentré en serre froide tous les hivers car je ne connaissais pas sa rusticité. Comme il débordait du pot, je l’ai finalement planté en pleine terre, en sol bien drainé, au printemps 2011 et il a parfaitement résisté à -10°C durant l’hiver 2012. Depuis sa plantation, il a affronté les divers coups de froid, la neige et les canicules sans aucun problème.

To give the garden a touch of the exotic, Agave bracteosa has been planted next to a dasylirion, a Chamaerops humilis palm, a Pittosporum tobira ‘Nanum’ and a Teucrium fruticans. A Euphorbia myrsinites has seeded itself at its foot.

Pour donner un petit air d’exotisme au jardin, il est installé près d’un Dasylirion sp, d’un palmier Chamaerops humilis, d’un Pittosporum tobira ‘Nanum’ et d’un Teucrium fruticans. Une Euphorbia myrsinites s’est semée à ses pieds.

Agave bracteosa dans le jardin

The evergreen foliage means that the bed retains its structure throughout the year and doesn’t need watering: a Mediterranean gardener’s dream!

Leurs feuillages persistants permettent d’avoir un massif qui garde sa structure tout au long de l’année et qui ne nécessite pas d’arrosage : un des rêves du jardinier méditerranéen !


Texte et photos : Annie Nivière

Loading