- Le Jardin Zen de Erik Borja, Beaumont-Monteux, DrômeA visit in October 2022 / Une visite en octobre 2022 - Mediterranean Gardening France

Mediterranean Gardening France

What's New? / Quoi de neuf ?

FAQ
Join / Adhérer
Contact Us / Nous contacter

Le Jardin Zen de Erik Borja, Beaumont-Monteux, Drôme
A visit in October 2022 / Une visite en octobre 2022

Click on the images to enlarge them / Cliquez sur les images pour les agrandir

Mr Borja, a sculptor, was born in Algeria in 1941. Early on in his life he developed a passion for Japanese culture. In 1977 he went on a garden study trip to Japan. One of the highlights of his visit were the gardens of the monasteries in Kyoto, which inspired him so much that he decided to develop a Japanese-inspired garden on a plot of undeveloped land, next to his father’s vineyard in the Drôme. For several years this garden has been open to visitors and recognised as a ‘Jardin Remarquable’. 

M. Borja, artiste plasticien, est né en Algérie en 1941. Il se passionne très tôt pour la culture japonaise. En 1977, il part en voyage d’études sur les jardins au Japon. L’un des moments forts de sa visite fut les jardins des monastères de Kyoto qui l’inspirèrent tellement qu’il décida d’aménager un jardin d’inspiration japonaise sur une parcelle non bâtie, à côté du vignoble de son père dans la Drôme. Depuis plusieurs années ce jardin est ouvert à la visite et labellisé « Jardin Remarquable ».

At the garden entrance, Mr Borja’s house and a small private adjoining ‘meditation garden’ were situated on the left, facing towards the east.  We learned later that this east exposition of the house is important in Japanese gardening culture. 

À l’entrée du jardin se situe sur la gauche (côté Est) la maison de M. Borja ainsi qu’un petit « jardin de méditation » privé attenant. Nous avons appris plus tard que cette exposition Est de la maison a son importance dans la culture japonaise qui touche les jardins.

The meditation garden by Erik Borja’s house / Le jardin de méditation près de la maison d’Erik
View towards the house / Vue vers la maison

Walking a little further we entered the ‘Tea Garden’ followed by the ‘Mediterranean Garden’. A little stream crossed the gardens. Taking advantage of the height difference, some of the water features had been cleverly designed and built to send water trickling into various small basins, where the water overflowed and continued its way further down and ultimately ended up on the other side of the path in the étang des nymphéas lower down. Bushes and trees showing off their autumn colours had been planted to enhance the scenery. 

En marchant un peu plus loin, nous entrons dans le « jardin de thé » suivi du « jardin méditerranéen ». Un petit ruisseau traverse les jardins. Profitant de la différence de hauteur, certaines des pièces d’eau ont été intelligemment conçues et construites pour envoyer de l’eau ruisseler dans divers petits bassins, où l’eau déborde et continue son chemin plus bas pour finalement se retrouver de l’autre côté du chemin dans l’étang des nymphéas plus bas. Des buissons et des arbres arborant leurs couleurs automnales ont été plantés pour rehausser le paysage.

A view of the garden from an upper level / Vue du jardin depuis un niveau supérieur
L’étang des nymphéas
Autumn colour
A cornus with autumn foliage

Very quickly, we realized that this garden was to be enjoyed in a different way from our usual visits: no more close observation of plant types, design features and architecture but a search for beauty instead. It took some time for the brain to adjust to that perspective. Using the camera as an aid helped to frame the picture in front of one’s eyes. What was interesting was that it didn’t matter in which direction the camera moved, even a small adjustment to the angle, the picture remained beautiful. This was a remarkable discovery. 

Très vite, nous nous sommes rendu compte que ce jardin devait être apprécié d’une manière différente de nos visites habituelles : non plus une observation attentive des types de plantes et des caractéristiques de conception et d’architecture mais uniquement une observation de la beauté de l’image. Il a fallu un certain temps au cerveau pour s’adapter à ce changement d’observation. L’utilisation de l’appareil photo comme aide a permis de cadrer l’image devant les yeux. Ce qui était remarquable, c’est que peu importe la direction dans laquelle la caméra se déplaçait -même un petit mouvement d’angle – donnait à chaque instant une image de toute beauté. Ce fut une découverte remarquable.

At the étang des nymphéas, benches had been placed around the water to allow visitors to take in the tranquil scene.  The path continued to the meditation garden (Kare-San-Sui), which had a much more mineral atmosphere to it. Rocks had been placed in and around a gravel area carefully raked into ‘waves’ which represent water in the japanese gardening culture. 

Dans le jardin de l’étang des nymphéas,des bancs ont été placés autour de l’eau pour permettre aux visiteurs de profiter de la scène tranquille. Le chemin continue jusqu’au jardin de méditation (Kare-San-Sui), qui a une atmosphère beaucoup plus minérale. Des roches ont été disposées autour d’une zone de gravier soigneusement ratissée en « vagues » représentant l’eau dans la culture du jardinage japonais.

Le jardin de méditation (Kare-San-Sui)
Another view of Kare-San-Sui

The scenery kept changing: the tea house,then a beautiful pavilion, the valley of the dragon (yes, the outlines do resemble a dragon) with its étang des lotus. A little further on, close to the edge of the property, was the River Kherbasse, relatively empty due to this year’s dry weather conditions.  A bambouseraie had been planted along the edge. We learned later from Mr. Borja that a flood had destroyed part of the garden more than 10 years ago and it had taken several years to replant the area. A decision was made to add a small bamboo forest to stabilize the river edge.  The flood had dug deep into the land, providing an opportunity to create the étang des lotus. 

Le décor n’arrêtait pas de changer : la maison du thé, un beau pavillon à côté, la vallée du dragon (oui, les contours ressemblent à un dragon) avec son Etang des Lotus. Un peu plus près du bord de la propriété se trouve la rivière Kherbasse, relativement vide en raison des conditions météorologiques et de la sécheresse de cette année. Une bambouseraie a été plantée en bordure. Nous avons appris plus tard de M. Borja qu’une inondation avait détruit une partie du jardin il y a plus de 10 ans. Il avait fallu plusieurs années pour replanter la zone. Il a été décidé d’ajouter une petite forêt de bambous pour stabiliser le bord de la rivière. L’inondation avait creusé profondément dans les terres. Cet évènement naturel était une excellente opportunité pour créer un nouvel étang :  l’étang des lotus.

The area around the etang had been planted by a rich variety of shrubs and trees, some with showy small flowers: Osmanthus aquifolium, Loropetalum chinense, Choisya ternata, Heptacodium miconioides to name a few. 

La zone autour de l’étang a été plantée d’une riche variété d’arbustes et d’arbres, certains avec de petites fleurs : Osmanthus aquifolium, Loropetalum chinense, Choisya ternata, Heptacodium miconioides pour n’en nommer que quelques-uns.

Mr Borja honoured us with his presence and gave a talk, commencing with a brief history of Japanese gardens, highly influenced by Chinese and Korean garden culture throughout the centuries. In the Shinto (Japanese) religion, humans are considered to be part of the natural world which surrounds them: nature provides necessary food but can also be considered a threat (e.g., devastation through a tsunami or flood). In Chinese culture, nature is all about beauty, sometimes extravagant, with its only purpose, to be admired.  Japanese gardens, even today, are rooted in Shinto culture. 

M. Borja nous a fait l’honneur de sa présence : il nous a d’abord présenté une brève histoire du jardin japonais, fortement influencé par la culture du jardinage chinois et coréen à travers les siècles. Dans le shintoïsme (religion japonaise), les humains sont considérés comme faisant partie de la nature globale qui les entoure : la nature fournit la nourriture nécessaire mais est aussi parfois considérée comme une menace (par exemple, la dévastation par un tsunami ou une inondation). Dans la culture chinoise, la nature est synonyme de beauté, parfois extravagante, dans le seul but d’être admirée. Les jardins japonais, encore aujourd’hui, sont enracinés dans la culture shintoïste.

Chinese garden designs promoting extravagant beauty gradually made their way to Japan between the 6th and 12th centuries. Visiting Japanese merchants were influenced by what they saw and wanted the garden designs reproduced in Japan. At a later stage, garden design and representations also became influenced by Buddhism, as an example, the Zen dry stone garden, intended for meditation. Sometimes the garden represents a particular type of landscape: gravel raked in waves is used to represent water, bushes and trees may represent hills and mountains. 

French textLes dessins de jardins chinois prônant une beauté extravagante ont progressivement fait leur chemin vers le Japon entre le VIe et le XIIe siècle : les marchands japonais en visite étaient influencés par ce qu’ils voyaient localement et voulaient que les dessins de jardins soient reproduits au Japon. À un stade ultérieur, les conceptions et les représentations de jardins ont également été influencées par le bouddhisme : des exemples sont le jardin zen en pierre sèche utilisé à des fins méditatives. A travers ces influences, le jardin représente souvent un certain paysage : le gravier ratissé en vagues est utilisé pour représenter l’eau, les buissons et les arbres peuvent représenter les collines et les montagnes.

Other influences, such as Feng Shui principles, are used to ensure that plants are placed in a way that will capture positive energy. While the form and colours of plants and trees matter, the botanical aspect is of far less importance.  No botanical labels are ever placed next to plants.  Gardens should never be north-facing (too cold) or west-facing (sunset, heat exposure). Access to the garden should be on the east side. It is most favourable to plant in east and south-facing areas, however, the east side maybe windy and the south side also hot. To counter this, the gardener must find ways to ensure that these negative influences become positives, for instance by planting trees to create shade or to give protection from the wind. 

D’autres influences telles que les principes du Feng Shui sont utilisées pour s’assurer que les plantes sont placées de manière à capter l’énergie positive. Alors que la forme et les couleurs des plantes et des arbres comptent, l’aspect botanique est beaucoup moins important. Aucune plaque signalétique botanique n’est jamais placée à côté des plantes. Les jardins ne doivent jamais être orientés au nord (trop froid) ou à l’ouest (coucher du soleil, côté le plus chaud du jardin). L’accès au jardin doit être du côté est. Les plantations orientées Est et Sud sont privilégiées. Cependant, le côté Est peut être très venteux et le côté Sud aussi très chaud.

Par conséquent, le jardinier doit trouver des moyens de s’assurer que les influences négatives deviennent positives, par exemple en plantant des arbres pour créer des zones ombragées ou se protéger du vent.

Form and colour in the Japanese garden

A house should never be fully surrounded by its garden, rather it should be positioned at one edge, so that the energy the garden produces doesn’t “enclose” the house and its owners. It is all about achieving the correct balance between Yin and Yang, and for this, a little imbalance is desirable. As an example, water is ‘Yin’ (feminine), however if it moves quickly, the energy it creates represents the male spiritual element of ‘Yang’.

Une maison ne doit jamais être entièrement entourée de jardins, mais doit être placée au bord d’un jardin, de sorte que l’énergie produite par le jardin n’enferme pas la maison et le propriétaire. Tout est une question d’équilibre entre le Yin et le Yang, mais un petit déséquilibre entre le Yin et le Yang est souhaité. Par exemple, l’eau est « Yin » (féminin), mais à mesure qu’elle évolue, l’énergie représente l’élément « Yang » (spirituel masculin).

Japanese gardens have several key roles: 

  • A medicinal role:  The exchange of energy between the gardeners, the plants they touch and the soil.
  • A spiritual role: This is one of the reasons why simple benches are placed in certain areas to ensure that the visitor has an opportunity to enjoy the views and clear the mind of the daily troubles and complexities of life.
  • A healing role: Working in a garden alleviates people’s anxiety and fear. Small plants grow bigger over the years and watching them develop helps remove or reduce the fear of death.

Les jardins japonais ont plusieurs rôles clés :

  • Un rôle médicinal : L’échange d’énergie entre le jardinier, les plantes qu’il touche et le sol.
  • Un rôle spirituel : c’est l’une des raisons pour lesquelles de simples bancs sont placés dans certaines zones pour s’assurer que le visiteur a l’occasion de profiter de la vue et de se vider l’esprit des ennuis quotidiens et des complexités de la vie.
  • Un rôle de guérison : Travailler dans le jardin enlève l’anxiété et la peur chez les gens. Les petites plantes grandissent au fil des ans et les observer grandir aide à éliminer ou à réduire la peur de la mort.

Errors made by the gardener are corrected by nature over the years. Sometimes a gardener needs this push to make changes, for example, flooding necessitates a re-design, a heatwave requires the gardener to plant more trees, etc. 

Les erreurs commises par un jardinier sont corrigées par la nature au fil des ans, parfois le jardinier a besoin d’aide pour corriger : les inondations nécessitent de repenser la structure, trop de chaleur nécessite la plantation de plus d’arbres, etc.

Erik closed the talk by sharing some experiences of garden projects elsewhere in France. He said that neither his own garden, nor projects he has managed for clients, strictly follow the incredibly stringent rules applied in Japan. Interpretation is allowed to accommodate local conditions, landscape and plant species used, even though the above-mentioned principles are adhered to. 

Erik a clôturé l’entretien en partageant avec nous quelques expériences de projets de jardins ailleurs en France. Il a déclaré que ni son propre jardin, ni les projets de ses clients ne suivaient strictement les règles incroyablement strictes appliquées au Japon. L’interprétation est donnée pour tenir compte des conditions locales, du paysage et des espèces végétales utilisées même si les principes susmentionnés sont respectés.


Text: Jacqueline Potter

Photos: Philip Ramsell, Hugues and Nanouk Pelen

Loading