Mediterranean Gardening France

FAQ

Plants / Plantes

Citrus fruit, and how they conquered the world
Les agrumes, et comment ils ont conquis le monde

Click on an image to enlarge it / Cliquez sur une image pour l’agrandir

This talk was given by Franck Curk, a specialist in citrus fruit and an agricultural engineer and geneticist at INRAE* in Montpellier.

Une conférence par Franck Curk, ingénieur agronome et généticien à l’INRAE* Montpellier, spécialiste des agrumes.

The large family of rutaceae includes six citrus genera:

  • Microcitrus: which includes lime caviar
  • Eremocitrus: other wild Australian limes
  • Poncirus: the only deciduous citrus, intolerant of alkaline soils, often used as a rootstock.
  • Citrus: oranges, tangerines, lemons, grapefruits, etc.
  • Fortunella: kumquats
  • Clymenia: a little known, wild genus

Dans la grande famille des rutacées, nous distinguons six genres désignés sous le nom d’agrumes :

  • Microcitrus : dont le citron caviar fait partie
  • Eremocitrus : d’autres limes sauvages australiennes
  • Poncirus : le seul à perdre ses feuilles en hiver, n’appréciant pas le calcaire et que l’on utilise souvent comme porte-greffe.
  • Citrus : oranges, mandarines, citrons, pamplemousses, etc.
  • Fortunella : les kumquats
  • Clymenia : genre sauvage peu connu
Citrus australasica syn. Microcitrus australasica
Citrus trifoliata syn. Poncirus trifoliata
Citrus japonica syn. Fortunella japonica

An interesting point – these six genera are all inter-fertile with each other.
So, what characteristics differentiate citrus from other fruits?

Point assez remarquable – ces 6 genres sont tous inter-fertiles entre eux.
Mais quelles sont les particularités qui différencient les agrumes des autres fruits ?

  • The presence of essential oil glands in their skin, flowers and leaves
  • Their internal structure in quarters (even in lemon caviar)
  • La présence de glandes à huiles essentielles dans leur peau, fleurs et feuilles
  • L’organisation interne en quartiers (même dans le citron caviar)

The Citrus genus is the source of the four ancestral species which are the origin of all the citrus fruits grown today, all over the world:

  • Citrus micrantha – papeda (eg yuzu, kaffir lime)
  • Citrus medica – citron
  • Citrus reticulata – mandarin
  • Citrus maxima – grapefruit

Puis, c’est dans le genre Citrus, que l’on retrouve quatre ancêtres fondateurs qui sont à l’origine des agrumes cultivés de nos jours dans le monde entier :

  • Citrus micrantha ou papéda
  • Citrus medica ou cédrat
  • Citrus reticulata ou mandarine
  • Citrus maxima ou pamplemousse

How did these fruits, born in Southeast Asia, conquer the world? Today, more than 130 million tonnes of citrus fruits are produced annually. They belong to the great Rutaceae family and the story begins more than 8 million years ago. Fossilized citrus leaves from this era were discovered in 2009 and 2011 in Yunnan, China.

Comment ces fruits, nés en Asie du Sud-Est ont-ils pu conquérir le monde : plus de 130 millions de tonnes d’agrumes sont produites chaque année dans le monde. Ils font partie de la grande famille des Rutacées et l’histoire commence il y a plus de 8 millions d’années. Des feuilles d’agrumes fossilisées datant de cette époque ont été découvertes en 2009 et en 2011 dans le Yunnan en Chine.

Southeast Asia, stretching from the southern slopes of the Himalayas to Indonesia via China, Vietnam, Thailand and the Malaysian archipelago is therefore considered to be the original cradle of citrus fruits. Their distribution across the rest of the world was relatively recent.

Le Sud-Est asiatique, allant des versants sud de l’Himalaya jusqu’à l’Indonésie en passant par la Chine, le Vietnam, la Thaïlande et l’archipel malais est donc considéré comme le berceau originel des agrumes. Leur diffusion dans le reste du monde est plutôt tardive.

The first citrus fruit to escape from the Sino-Indian region was Citrus medica, described by Theophrastus (371-288 BC) in his ‘History of Plants’. There are several varieties, including the hand of Buddha (Citrus medica var. sarcodactylis), used as a medicine in China, and the Etrog variety, used by the Jews during the feast of Tabernacles. The latter, grown mainly in Italy, Israel and Morocco and shipped worldwide, must be flawless, and can bring 15 euros each to the producer.

Le premier agrume à s’échapper du centre sino-indien sera le cédrat, Citrus medica, et il sera décrit par Théophraste (371-288 av. J.-C.) dans son « Histoire des plantes ». Il en existe plusieurs variétés, dont la main de Bouddha (Citrus medica var. sarcodactylis) qui est utilisé en Chine en tant que médicament et le cédrat Etrog, utilisé par les Juifs lors de la fête des Tabernacles. Ce dernier est cultivé en Italie en Israël et au Maroc notamment, et est expédié dans le monde entier, doit être sans défaut, et peut rapporter 15 euros pièce au producteur.

Citrus medica
Citrus medica var. sarcodactylis

During trade with Asia, from the 11th century onwards, the Arabs introduced citrus fruit to the Mediterranean basin. First the bitter orange (Citrus x aurantium), reported in Persia in 1030, then in Sicily in 1094. Next came the lemon tree (Citrus limon) in the 12th century, and limes (Citrus aurantifolia) in the 13th century.

Ce serait lors des échanges commerciaux avec l’Asie, à partir du XIème siècle, que les Arabes auraient introduit en Méditerranée la bigarade ou orange amère (C. x aurantium), signalée en Perse en 1030, puis en Sicile en 1094, puis le citronnier (C. limon) au XIIe et les limes (C. aurantifolia) au XIIIe siècle.

Citrus × aurantium
The name ‘bigarade’, or Seville orange, comes from the Occitan ‘bigarrada’, and is a bitter, acidic orange full of seeds, a hybrid of grapefruit and tangerine. The tree is used ornamentally in Spain, Italy and North Africa because the fruit remains on the tree for a long time. The flowers are used to produce neroli essential oil and orange blossom water.

Citrus × aurantium
Le nom « bigarade » vient de l’occitan « bigarrada », qui est une orange amère, acide et pleine de pépins, hybride du pamplemousse et de la mandarine. L’arbre est utilisé pour l’ornement en Espagne, Italie, Afrique du Nord car le fruit reste longtemps sur l’arbre. La fleur donne l’huile essentielle de néroli et l’eau de fleur d’oranger.

Citrus x limon
The lemon tree cultivated today, supposedly native to the Mediterranean basin, appeared only relatively recently. It is a hybrid of Citrus × aurantium and Citrus medica. It is a common ingredient in all Mediterranean cuisines.

Citrus x limon
Le citron jaune, supposé originaire du bassin méditerranéen, est apparu relativement récemment, issu d’une hybridation entre le bigaradier et le cédratier, déjà présents en Méditerranée. D’ailleurs, c’est l’ingrédient commun à toutes les cuisines méditerranéennes.

Citrus bergamia
The bergamot orange, a natural hybrid of Citrus × aurantium and Citrus limon is used in eau de cologne, ‘Earl Gray’ tea and sweets called bergamots of Nancy.

Citrus bergamia
La bergamote (Citrus bergamia), dont l’huile essentielle entre dans la composition de l’Eau de Cologne, du thé ‘Earl Grey’, et des bonbons appelés bergamotes de Nancy est issue d’un croisement naturel entre la bigarade et le citron.

Citrus maxima
The true grapefruit, or pomelo, C. maxima, was introduced from Asia by Dutch seamen. They used it as a source of vitamin C and because it could be stored for a long time without rotting. It can be found in Asian grocery stores and sometimes in supermarkets from October to February only. It is larger and heavier than Citrus x paradisi.

Citrus maxima
Le vrai pamplemousse (C. maxima) est diffusé à partir d’Asie par les navigateurs néerlandais qui l’utilisaient comme source de vitamine C et parce qu’il pouvait se conserver longtemps sans qu’il pourrisse. On le trouve dans les épiceries asiatiques et parfois dans les supermarchés d’octobre à février seulement. Il est plus gros et plus lourd que le pomelo (Citrus x paradisi).

Citrus x paradisi
C. x paradisi, the grapefruit found in supermarkets throughout the year, is a hybrid of C. sinensis, the sweet orange, and C. maxima, the pomelo. It wasdiscovered in the Caribbean in the 18th century.

Citrus x paradisi
C. x paradisi, le pamplemousse que l’on trouve dans tous les supermarchés tout au long de l’année est un hybride de C. sinensis (l’oranger) et C. maxima, découvert dans les Caraïbes au XVIIIe siècle.

Citrus aurantium var. myrtifolia
Citrus bergamia
Citrus maxima

Citrus sinensis
According to manuscripts, the orange tree was brought to the Mediterranean basin either by the Genoese (around 1400) or by the Portuguese (in 1548). Whichever is true, the Portuguese are probably responsible for the spread of the orange tree throughout the Mediterranean region since in many languages ​​the orange is called ‘Portugal’. Citrus sinensis is a natural hybrid of pomelo (Citrus maxima) and mandarin (Citrus reticulata). All the varieties of oranges available today are natural mutations selected by man.

Citrus sinensis
L’introduction de l’oranger dans le bassin méditerranéen est attribuée, selon les auteurs, soit aux Génois (vers 1400) soit aux Portugais (en 1548). Quoi qu’il en soit, les Portugais sont surement à l’origine de la diffusion de l’oranger dans tout le bassin méditerranéen, puisqu’en de nombreuses langues, l’orange porte le nom de « Portugal ». L’orange est issue d’un croisement naturel entre deux hybrides pamplemousse/mandarine. Toutes les variétés d’oranges sont issues de mutations naturelles sélectionnées par l’homme.

Citrus reticulata
The mandarin tree did not arrive in the Mediterranean until the 19th century. The first mandarin tree arrived in England in 1805 from China, where it had been cultivated for at least 3000 years. It was a precious fruit reserved for an elite, and was long hidden and protected. The word ‘mandarin’ is linked to the colour of the fruit which recalls that of the dress of Chinese mandarins. Wild mandarins are not very good to eat, but cultivars such as Blida and Clemendor are exceptional. The variety “Cleopatra” grows well in alkaline soils.

Citrus reticulata
Le mandarinier lui, n’est arrivé en Méditerranée qu’à partir du XIXe siècle. C’est en 1805 que le premier mandarinier fut introduit en Angleterre depuis la Chine où il était cultivé depuis au moins 3000 ans. C’était un fruit précieux réservé à une élite qui fut longtemps caché et protégé. Le mot « mandarine » serait lié à la couleur du fruit qui rappelle celle de la robe des mandarins chinois. Les mandarines sauvages ne sont pas très bonnes à manger, par contre, la mandarine de Blida et la Clemendor sont des variétés exceptionnelles. La variété ‘Cléopatre’ supporte très bien le calcaire.

Citrus clementina
The clementine appeared near Oran (Algeria) at the end of the 19th century, in Father Clément’s orchard, from a natural hybridization between a mandarin tree and an orange tree.

Citrus clementina
La clémentine (Citrus clementina) est née à côté d’Oran (Algérie) à la fin du XIXe siècle, dans le verger du Père Clément, d’une hybridation naturelle entre le mandarinier et l’oranger.

Citrus limetta
The limetta, or sweet lime is also said to have arisen in the Mediterranean from a natural hybridization, this time between Citrus × aurantium, the bitter orange, and Citrus medica.

Citrus limetta
C’est également en Méditerranée que les limettes seraient nées d’une hybridation naturelle entre un bigaradier et un cédratier.

Visit:
The citrus collection in the Jardin d’agrumes du Palais Carnolès in Menton.

La Citronneraie, Jardin remarquable since 2008. Report of MGF visit in May 2017 in Past Activities.

Visite à faire :
La collection d’agrumes du parc du palais Carnoles à Menton.

La Citronneraie, Jardin remarquable depuis 2008.  Compte-rendu de la visite MGF en mai 2017 se trouve dans Activités précédents.

See also the article on Citrus australasica by David Bracey: The Australian finger lime / Citron caviar d’Australie.

Voir aussi l’article au sujet de Citrus australasica par David Bracey: The Australian finger lime / Citron caviar d’Australie.

*INRAE is France’s new National Research Institute for Agriculture, Food and Environment, created on January 1, 2020. It was formed by the merger of INRA, the National Institute for Agricultural Research, and IRSTEA, the National Research Institute of Science and Technology for the Environment and Agriculture.

*INRAE, l’institut national de recherche pour l’agriculture, l’alimentation et l’environnement est né le 1er janvier 2020. Il est issu de la fusion entre l’Inra, Institut national de la recherche agronomique et Irstea, Institut national de recherche en sciences et technologies pour l’environnement et l’agriculture.

Text : Chantal Guiraud
Photos : MGF image library