Mediterranean Gardening France

FAQ

How to turn your garden into a carbon sink
Comment transformer votre jardin en un puits de carbone

Click on the images to enlarge them / Cliquez sur les images pour les agrandir

The UK’s Royal Horticultural Society (RHS) has launched a campaign to fight climate change by cutting greenhouse gas emissions. It says that if every one of the UK’s 30 million gardeners planted a medium-sized tree and let it grow to maturity, the trees would store the same amount of carbon as is produced by driving 457 billion km.

La Royal Horticultural Society (RHS) du Royaume-Uni a lancé une campagne visant à lutter contre le changement climatique en réduisant les émissions de gaz à effet de serre. Elle affirme que si chacun des 30 millions de jardiniers britanniques plantait un arbre de taille moyenne et le laissait pousser jusqu’à maturité, les arbres stockeraient la même quantité de carbone que celle produite par 457 milliards de kilomètres parcourus en voiture.

But turning your garden into a carbon sink isn’t just about adding lots of trees. The ideal low-carbon garden has a wildness to it. It is packed with plants and teeming with life. The gardener in this sustainable haven is as mindful of nurturing life below the ground as of tending to flowers and shrubs. Every grass clipping, fallen leaf and broken twig is recycled and toxic chemicals to boost plant growth are avoided, relying instead on home-made compost and mulch to create a thriving habitat.

Mais pour transformer votre jardin en un puits de carbone, il ne suffit pas d’y ajouter de nombreux arbres. Le jardin idéal à faible émission de carbone est de nature sauvage. Il déborde de plantes et grouille de vie. Le jardinier de ce havre de paix durable est aussi attentif à nourrir la vie souterraine qu’à soigner les fleurs et les arbustes. Chaque herbe coupée, chaque feuille tombée et chaque brindille cassée est recyclée et les produits chimiques toxiques destinés à stimuler la croissance des plantes sont évités, au profit d’un compost et d’un paillis faits maison pour créer un habitat prospère.

Wild lawns

In the past gardeners wanted a pristine lawn, but now there’s a movement for more natural landscapes, says Justin Moat of Kew Gardens’ Nature Unlocked programme. If left alone, lawns can become thriving wildlife hotspots. Petrol-powered garden tools such as lawn mowers and leaf blowers should be avoided, using battery -powered tools if needed.

Pelouses sauvages

Autrefois, les jardiniers voulaient une pelouse immaculée, mais aujourd’hui, on assiste à un mouvement en faveur de paysages plus naturels, explique Justin Moat, du programme Nature Unlocked de Kew Garden. Si on les laisse en paix, les pelouses peuvent devenir des lieux de vie florissants pour la faune et la flore. Il convient d’éviter les outils de jardinage à essence, tels que les tondeuses à gazon et les souffleurs de feuilles, et d’utiliser si nécessaire des outils alimentés par batterie.

Unmown grass produces a more natural landscape / L’herbe non tondue produit un paysage plus naturel

Trapping carbon

Moat says the Nature Unlocked programme has highlighted the phenomenal power soil has to transform our gardens into biodiverse havens that can help mitigate climate change. “So much more is happening underground than above it” he says. “We need healthy soil for food production and to trap carbon.” Replenishing and restoring the world’s soils in farms, gardens and natural landscapes could help remove up to 5.5 billion tonnes of CO² every year, equivalent to the annual greenhouse gas emissions of the USA in 2020.

Piégeage du carbone

Selon J. Moat, le programme Nature Unlocked a mis en évidence le pouvoir phénoménal qu’a le sol de transformer nos jardins en havres de biodiversité pouvant contribuer à atténuer le changement climatique. “Il se passe tellement plus de choses sous terre qu’au-dessus”, dit-il. “Nous avons besoin d’un sol sain pour la production alimentaire et pour piéger le carbone”. La reconstitution et la restauration des sols du monde dans les fermes, les jardins et les paysages naturels pourraient contribuer à éliminer jusqu’à 5,5 milliards de tonnes de CO² chaque année, soit l’équivalent des émissions annuelles de gaz à effet de serre des États-Unis en 2020.

Healthy soil offsets emissions by soaking up carbon from dead plant matter. To lock in as much carbon as possible, soil needs a good balance of water, pockets of air, living organisms such as fungi, and nutrients. Gardeners can maintain this balance by regularly adding organic material to their soil. A constant input of decaying plant matter and roots into the soil will feed the living organisms.

Un sol sain compense les émissions en absorbant le carbone des matières végétales mortes. Pour emprisonner autant de carbone que possible, le sol a besoin d’un bon équilibre entre l’eau, les poches d’air, les organismes vivants tels que les champignons et les nutriments. Les jardiniers peuvent maintenir cet équilibre en ajoutant régulièrement des matières organiques à leur sol. Un apport constant de matières végétales en décomposition et de racines dans le sol nourrira les organismes vivants.

Gardeners should take care not to compress soil in wet weather as this will cause it to become compacted, closing vital air pockets and preventing water from draining away. Soil which is left bare and exposed to the elements will degrade and its carbon stocks will deplete. Covering bare soil with ground-covering plants, or mulches of biodegradable material, is key to preventing CO² from seeping into the atmosphere.

Les jardiniers doivent veiller à ne pas trop comprimer le sol par temps humide, car cela le rendrait compact, fermant les poches d’air vitales et empêchant l’eau de s’écouler. Un sol laissé nu et exposé aux intempéries se dégrade et ses stocks de carbone s’épuisent. Couvrir le sol nu avec des plantes couvre-sol ou des paillis de matériaux biodégradables est essentiel pour empêcher le CO² de diffuser dans l’atmosphère.

Woody mulch in a Californian garden / Paillis ligneux dans un jardin californien

A study by Penn State University found that cover crops were more effective at protecting corn and soybeans from pests than applying pesticides. In the garden, regular applications of mulch will gradually deepen the layer of topsoil and encourage insect life. Mulching also suppresses weeds, helps retain soil moisture and protects plant roots from extreme temperatures. Fallen leaves and broken twigs can be left on the soil where they fall, thus contributing important nutrients.

Une étude de la Penn State University a révélé que les couvre-sols étaient plus efficaces pour protéger le maïs et le soja des ravageurs que l’application de pesticides. Dans le jardin, des applications régulières de paillis approfondiront progressivement la couche de terre arable et favoriseront la vie des insectes. Le paillage supprime également les mauvaises herbes, aide à retenir l’humidité du sol et protège les racines des plantes contre les températures extrêmes. Les feuilles mortes et les brindilles cassées peuvent être laissées sur le sol où elles tombent, apportant ainsi des nutriments essentiels.

Composting also allows you to discard plant-based food waste in a sustainable way. When dumped into landfill without oxygen, food waste rots and releases methane, a highly potent greenhouse gas. On a compost heap, exposed to oxygen, organic waste is converted into stable soil carbon, while retaining the nutrients of the original matter.

Le compostage vous permet également de vous débarrasser des déchets alimentaires d’origine végétale de manière durable. Lorsqu’ils sont enfouis sans oxygène, les déchets alimentaires pourrissent et libèrent du méthane, un gaz à effet de serre très puissant. Sur un tas de compost, exposés à l’oxygène, les déchets organiques sont transformés en carbone stable pour le sol, tout en conservant les nutriments de la matière d’origine.

Shredded garden clippings being mixed into the compost bin / Déchets de jardin déchiquetés mélangés dans le bac à compost
Several months later / Quelques mois plus tard

If you plan on buying potting soil, avoid those containing peat. Peatlands cover just 3% of the planet’s surface, but store twice as much carbon as all the world’s forests. They lock in carbon over thousands of years, with 1cm of peat forming roughly every 10 years. As soon as they are drained and the peat is exposed to the air, carbon is unlocked and released back into the atmosphere.

Si vous prévoyez d’acheter du terreau, évitez ceux qui contiennent de la tourbe. Les tourbières ne couvrent que 3 % de la surface de la planète, mais elles stockent deux fois plus de carbone que toutes les forêts du monde. Elles emprisonnent le carbone pendant des milliers d’années, 1 cm de tourbe se formant environ tous les 10 ans. Dès qu’elles sont drainées et que la tourbe est exposée à l’air, le carbone est débloqué et libéré dans l’atmosphère.

Plant abundance

Growing a wide range of plants is beneficial if you are looking to transform your garden into a miniature carbon sink. Increased plant diversity boosts carbon sequestration by optimising use of available space in a garden, both above-ground and below-ground.

Profusion de plantes

La culture d’un large éventail de plantes est bénéfique si vous cherchez à transformer votre jardin en un puits de carbone miniature. Une plus grande diversité de plantes stimule le piégeage du carbone en optimisant l’utilisation de l’espace disponible dans un jardin, à la fois au-dessus et au-dessous du sol.

Aim to include a mix of long-lived, drought and heat tolerant trees, for example Arbutus unedo, Cercis siliquastrum, Melia azerdarach, Pistacia lentiscus, woody shrubs such as Abelia x grandiflora, Bupleurum fruticosum and Cotinus coggygria and herbs like rosemary and thyme. Ornamental grasses, some of which have extensive root systems, act as reservoirs for carbon, which transfers into the soil when the roots die and decompose. For flower colour, choose hardy perennials such as achillea, verbena and salvia, rather than annuals which need to be dug up every year, releasing locked-in carbon in the process.

Essayez de planter un mélange d’arbres à longue durée de vie, tolérant la sécheresse et la chaleur, par exemple Arbutus unedo, Cercis siliquastrum, Melia azerdarach, Pistacia lentiscus, des arbustes ligneux tels que Abelia x grandiflora, Bupleurum fruticosum et Cotinus coggygria et des aromatiques comme le romarin et le thym. Les graminées ornementales, dont certaines ont un système racinaire étendu, servent de réservoir de carbone, qui est transféré dans le sol lorsque les racines meurent et se décomposent. Pour la couleur des fleurs, choisissez des plantes vivaces telles que l’achillée, la verveine et la sauge, plutôt que des plantes annuelles qui doivent être arrachées chaque année, libérant ainsi le carbone emprisonné.

Planting hedges is a worthwhile investment. A well-grown hedge, (see the MGF list of plants suitable for hedges) rich in biomass, helps suck carbon out of the atmosphere and into plants and soil. Hedges also harbour biodiversity and are teeming with wildlife.

La plantation de haies est un investissement judicieux. Une haie bien développée (voir la liste MGF des plantes adaptées aux haies), riche en biomasse, contribue à aspirer le carbone de l’atmosphère vers les plantes et le sol. Les haies abritent également la biodiversité et regorgent d’animaux sauvages.


Adapted from an article by Isabelle Gerretsen, published in the Cape Horticultural Society newsletter, June 2022.

Adapté d’un article d’Isabelle Gerretsen, publié dans le bulletin de la Cape Horticultural Society, juin 2022.

Information sources / Sources d’information :

RHS, gardening for the environment

Kew gardens – Nature Unlocked

How to turn your garden into a carbon sink – BBC Future

The transition to waterwise gardening / La transition vers un usage raisonné de l’eau au jardin

Click on the images to enlarge them / Cliquez sur les images pour les agrandir

We moved to Fontarèches, in the Gard, in 1998, one year after the earth’s highest temperature had been recorded (though this has since been surpassed) and one year before global warming became a global issue. Traditionally gardens in the Gard were functional, to produce food for the kitchen, definitely not for flowers and leisure! However, things were about to change. Waterwise gardening was about to emerge as a serious gardening style.

Nous avons déménagé à Fontarèches, dans le Gard, en 1998, un an après que la température la plus élevée de la planète ait été enregistrée (bien qu’elle ait été dépassée depuis) ​​et un an avant que le réchauffement climatique ne devienne un problème planétaire. Traditionnellement, les jardins du Gard servaient à la production de nourriture, et sûrement pas à faire pousser les fleurs ou pour les loisirs ! Cependant, cela était sur le point de changer. Le jardinage économe en eau s’affirmait progressivement comme un mode de jardinage important.

In 1994, the Mediterranean Garden Society (MGS) was formed “to act as a forum for everyone who has a special interest in the plants and gardens of the Mediterranean climate regions of the world”. In 1995, Heidi Gildemeister published her book ‘Mediterranean Gardening – A Waterwise Approach’, the accumulated wisdom of twenty years gardening in southern Spain. Her first attempts to create a garden failed, so she wrote to botanic gardens in various Mediterranean-climate regions to ask for their advice, then tried again. The book was revolutionary and took a fresh look at gardening in a dry and hot climate. No longer were we to rely on north European garden conventions. We were told to embrace the flora, the seasons, the poor soils, the winds and the climate of the Mediterranean basin and to turn them to our advantage! The idea of ‘waterwise’ gardening was born and it took off.

En 1994, la Mediterranean Garden Society (MGS) a été créée «pour servir de forum à tous ceux qui ont un intérêt particulier pour les plantes et les jardins des régions de climat méditerranéen dans le monde». En 1995, Heidi Gildemeister a publié son livre «Mediterranean Gardening – A Waterwise Approach» (Votre jardin méditerranéen: l’art de conserver l’eau), qui fait la somme d’un savoir accumulé pendant vingt ans de jardinage dans le sud de l’Espagne. Ses premières tentatives pour créer un jardin avaient échoué, alors elle a écrit aux jardins botaniques de diverses régions à climat méditerranéen pour leur demander conseil, puis a réessayé. Le livre était révolutionnaire et jetait un regard neuf sur le jardinage en climat sec et chaud. Nous ne devions plus nous fier aux usages des jardins nord-européens. Nous avons appris à accepter la flore, les saisons, les sols pauvres, les vents et le climat du bassin méditerranéen et à en tirer profit! L’idée du jardinage «économe en eau» était née et elle a eu du succès.

Heidi Gildemeister’s first book

Le premier livre d’Heidi Gildemeister

Even now Gildemeister’s book is light years ahead of some of today’s conventional gardening literature. She mentions minimum tillage and that careful gardeners avoid disturbing the soil, a concept which is only recently becoming mainstream. Commenting on low water regimes she said that these could be achieved by reducing lawn area, irrigating only on a ‘need’ basis and ensuring run-off is avoided.

Encore maintenant, le livre de Gildemeister a des années-lumière d’avance sur certains ouvrages actuels de jardinage conventionnel. Elle indique que le travail du sol doit être réduit au minimum et que les jardiniers consciencieux doivent éviter de perturber le sol, un concept qui n’est que récemment devenu courant. Commentant la réduction de consommation d’eau, elle dit que l’objectif pourrait être atteint en réduisant la superficie de la pelouse, en irriguant uniquement sur la base des besoins et en évitant le ruissellement d’eau.

Her book includes chapters on drought tolerant plants, the soil, the climate, the weather, how to be waterwise, an A – Z and much more, including excellent photographs.

Son livre comprend des chapitres sur les plantes tolérantes à la sécheresse, le sol, le climat, la météo, comment être économe en eau. Il couvre l’ensemble du champ de A à Z et bien plus encore, y compris avec d’excellentes photographies.

In 1995, the MGS published the first edition of its quarterly journal “The Mediterranean Garden” and in 2003 the MGS Languedoc was inaugurated under the guidance of Jocelyn van Riemsdijk. The MGS AGM was held at Uzès in 2006.

En 1995, la MGS a publié la première édition de sa revue trimestrielle «Le jardin méditerranéen» et en 2003 la MGS Languedoc a été inaugurée sous la direction de Jocelyn van Riemsdijk. L’assemblée générale du MGS s’est tenue à Uzès en 2006.

During an MGS day out to visit gardens in Avignon, we passed through the village of Comps which had been completely flooded in 1999 when the Rhône overflowed its banks. As we drove past, we saw that the newly-created flower beds had been planted with drought tolerant plants including lavenders, phlomis, perovskia and more, which I could point out to members!

Lors d’une journée MGS de visite des jardins d’Avignon, nous sommes passés par le village de Comps qui avait été complètement inondé en 1999 lorsque le Rhône a débordé. En passant, nous avons vu que les parterres de fleurs nouvellement créés avaient été plantés d’espèces résistantes à la sécheresse, notamment des lavandes, des phlomis, des perovskia et d’autres encore, que je pourrais indiquer aux membres!

Then two very important events happened. In 2008, Olivier Filippi wrote his book ‘The Dry Gardening Handbook’ which emphasises the importance of Gildemeister’s philosophy but provides more detail. And soon after Mediterranean Gardening France was formed, and became part of Mediterranean Gardening International, a community of associations for Mediterranean gardeners throughout the world. The Scientific Committee published its first research results, comparing composts including peat with and without perlite or vermiculite. It was an early attempt to produce reliable data on Mediterranean garden plants under Mediterranean conditions! Composts containing perlite proved to be the best medium to « strike » Mediterranean plant cuttings. They are still used today.

Puis deux événements très importants se sont produits. En 2008, Olivier Filippi a écrit son livre «Pour un jardin sans arrosage» qui souligne l’importance de l’approche de Gildemeister mais fournit plus de détails. Et peu de temps après Mediterranean Gardening France est créée, devenue membre de Mediterranean Gardening International, une communauté d’associations de jardiniers méditerranéens du monde entier. Le comité scientifique a publié ses premiers résultats de recherche, comparant des composts comprenant de la tourbe avec et sans perlite ou vermiculite. C’était une première tentative de produire des données fiables sur les plantes de jardin méditerranéennes dans des conditions méditerranéennes! Les composts contenant de la perlite se sont avérés être le meilleur moyen pour booster les boutures de plantes méditerranéennes. Ils sont encore utilisés aujourd’hui.

Meanwhile we were developing our Fontarèches garden, oblivious of waterwise principles. The soil had been well fertilized by animals. I bought a selection of plants including lavenders, phlomis, abutilons, catalpa, capparis, a flat peach tree (Prunus persica var. platycarpa), lavenders, an olive tree and Californian poppies(Eschscholzia californica) and mulched them heavily with peat mixtures! This was my first mistake. By the end of the season the peat had gone. Photo-decomposed in the heat and sunlight!

Pendant ce temps, nous développions notre jardin à Fontarèches, ignorants des principes d’usage raisonné de l’eau. Le sol avait été bien fertilisé par les animaux. J’ai acheté une sélection de plantes dont des lavandes, des phlomis, des abutilons, des catalpas, des capriers, un pêcher à pêches plates (Prunus persica var. platycarpa), un olivier et des pavots de Californie (Eschscholzia californica) et les ai paillés abondamment avec des mélanges de tourbe! C’était ma première erreur. À la fin de la saison, la tourbe avait disparu. Décomposée à la chaleur et au soleil!

Eschscholzia californica – grown from seed, good ground cover / cultivé à partir de graines, bon couvre-sol
Choisya ternata, Rosmarinus sp. and a fig tree / un figuier

However, help was at hand. The garden designer, John Brookes’ gravel garden at Denmans, in Sussex, provided me with the answer. It took two truckloads of pea gravel and many wheelbarrow loads to mulch the garden. In spite of everything the garden flourished. Renters were asked to water after sundown. This was a pastime they enjoyed, especially after the heat of a Gard summer’s day!

Cependant, de l’aide était à portée de main. Le concepteur du jardin de gravier à Denmans, dans le Sussex, John Brookes, m’a fourni la réponse. Il a fallu deux camions de gravier et de nombreuses brouettes pour pailler le jardin. En dépit de tout, le jardin a fleuri. Nos locataires ont été invités à arroser après le coucher du soleil. C’était un passe-temps qu’ils appréciaient, surtout après la chaleur d’une journée d’été gardoise!

Gravel / Gravier planted with Verbascum olympicum and Sisyrinchium striatum at Denmans.
© GAP Photo Clive Nichols

Many of our plants were bought from a young couple, Clara and Olivier Filippi, who were just starting their pépinière at Mèze. Our first receipt is dated 6 November 2002. Their enthusiasm, demonstration garden, display of lawn alternatives and Olivier’s eloquent public speaking in French and English, secured a unique place for them in the history of waterwise gardening.

Beaucoup de nos plantes ont été achetées à un jeune couple, Clara et Olivier Filippi, qui commençaient à peine leur pépinière à Mèze. Notre première réception de commande est datée du 6 novembre 2002. Leur enthousiasme, leur jardin de démonstration, leur présentation de pelouses alternatives et l’éloquence d’Olivier en français comme en anglais leur ont assuré une place unique dans l’histoire du jardinage économe en eau.

A receipt from Olivier and Clara Filippi’s nursery, dated 6 November 2002.

Réception de notre commande à la pépinière d’Olivier et Clara Filippi, le 6 novembre 2002.

We gardened in the Gard for 10 very formative years. Certainly, the most challenging gardening I have experienced. During this time, we witnessed the transition of both amateur and professional gardening from reliance on north European garden principles to a new, confident waterwise style of gardening based on trial and error, common sense and education, and an awareness of the natural flora of the Mediterranean Basin.

Nous avons jardiné dans le Gard pendant 10 années très formatrices. Certainement, le jardinage le plus difficile que j’ai connu. Pendant ce temps, nous avons assisté à la transition du jardinage, aussi bien amateur que professionnel, de la dépendance aux principes du jardin nord-européen à un nouveau style de jardinage basé sur les essais et erreurs, le bon sens et l’éducation, et une sensibilisation à la flore naturelle du Bassin méditerranéen.

Text: David Bracey
Photos: David Bracey and Clive Nichols
Traduction en français: Roland Leclercq


Decline in insect population
Déclin de la population d’insectes

A paper published in Biological Conservation* warns that 40% of the world’s insect species could become extinct within a few decades. 73 historical reports of insect declines were reviewed and the drivers assessed. In order of importance they were:

Un article publié dans Biological Conservation * alerte sur le fait que 40% des espèces d’insectes dans le monde pourraient disparaître dans quelques décennies. 73 rapports historiques de déclins d’insectes ont été examinés et les facteurs évalués. Par ordre d’importance, ils étaient :

  • habitat loss, urbanisation and intensive agriculture,
  • pollution, mainly that by synthetic pesticides and fertilisers,
  • biological factors, including pathogens and introduced species,
  • climate change particularly in tropical zones.
  • perte d’habitat, urbanisation et agriculture intensive,
  • la pollution, principalement par les pesticides de synthèse et les engrais,
  • facteurs biologiques, y compris les agents pathogènes et les espèces introduites,
  • le changement climatique, en particulier dans les zones tropicales.
The four major drivers of decline for each of the studied taxa according to reports in the literature.
Les quatre principaux facteurs de déclin pour chaque taxon étudié selon les rapports dans la litérature
Source: Sánchez-Bayo & Wyckhuys*

Bees, ants and beetles are disappearing eight times faster than mammals, birds or reptiles. Butterflies, moths, wasps, bees, hover flies and dung beetles appear to be most affected. Aquatic species such as dragonflies, stoneflies, caddisflies and mayflies have already lost many species.

Les abeilles, les fourmis et les coléoptères disparaissent huit fois plus rapidement que les mammifères, les oiseaux ou les reptiles. Les papillons, les papillons de nuit, les guêpes, les abeilles, les syrphes et les bousiers semblent être les plus touchés. Les espèces aquatiques telles que les libellules, les plécoptères, les trichoptères et les éphémères ont déjà perdu de nombreuses espèces.

Main factors associated with insect declines
Les principaux facteurs affectant le déclin d’insectes
Source: Sánchez-Bayo & Wyckhuys*

The report explains that loss of pollinators threatens crop production and survival of thousands of plant species that depend on pollination. Insect declines threaten the whole food chain, both terrestrial and aquatic. The total mass of insects is falling by a precipitous 2.5% a year, meaning that in just ten years there would be a quarter fewer insects in the world.

Le rapport explique que la perte de pollinisateurs menace la production agricole et la survie de milliers d’espèces de plantes qui dépendent de la pollinisation. Le déclin des insectes menace toute la chaîne alimentaire, terrestre et aquatique. La masse totale d’insectes diminue de 2,5% par an, ce qui signifie qu’en dix ans à peine, il y aura un quart en moins d’insectes dans le monde.

The review also finds that a small number of species are likely to be able to adapt to changing conditions. For example, “Fast-breeding pest insects (and presumably non-pest species) will probably thrive because of the warmer conditions.”

L’analyse a également révélé que seul un petit nombre d’espèces seraient probablement en mesure de s’adapter aux conditions en évolution. Par exemple, «Les insectes nuisibles à reproduction rapide (et probablement des espèces non nuisibles) vont probablement prospérer en raison des conditions plus chaudes.»

One of the authors, Sánchez-Bayo, said the review is not alarmist: “We wanted to really wake people up. When you consider that 80% of biomass of insects has disappeared in 25-30 years, it is a big concern.” The paper concludes: “A re-thinking of current agricultural practices, in particular a serious reduction in pesticide usage and its substitution with more sustainable, ecologically-based practices, is urgently needed to slow or reverse current trends.”

L’un des auteurs, Sánchez-Bayo, a déclaré que la critique n’était pas alarmiste : “Nous voulions vraiment réveiller les gens. Considérant que 80% de la biomasse d’insectes a disparu en 25-30 ans, c’est un gros problème”. Le document conclut: “Repenser les pratiques agricoles actuelles, en particulier une réduction importante de l’utilisation de pesticides et leur remplacement par des pratiques plus durables et écologiques, est urgent afin de ralentir ou d’inverser les tendances actuelles. “

* Francisco Sánchez-Bayo and Kris A.G. Wyckhuys Worldwide decline of the entomofauna: A review of its drivers.
Biological Conservation Volume 232 April 2019 pp. 8-27

Text: David Bracey
Traduction en français: Roland Leclercq

The decline of insects – what can gardeners do?
Le déclin des insectes – que peut faire le jardinier ?

We now know that world insect populations are undergoing a major decline (see article by David Bracey).

Nous savons que la population mondiale des insectes est aujourd’hui en déclin (voir article de David Bracey).

We already know that mammals, birds and reptiles are in decline. In fact, the phenomenon is so serious that it has been given a name: the sixth mass extinction.

Nous savons déjà que les mammifères, les oiseaux et les reptiles sont en déclin. En fait ce phénomène est tellement grave qu’on lui a donné un nom : la sixième extinction massive.

The current proportion of insect species in decline (41%) is estimated to be twice as high as that of vertebrates and the pace of local species extinction (10%) eight times higher. Butterflies, moths, wasps, bees, hover-flies and dung-beetles appear to be most affected, as are aquatic species such as dragonflies, stoneflies, caddisflies and mayflies.

Il est estimé que le pourcentage actuel d’espèces d’insectes en déclin (41%) est deux fois plus important que chez les vertébrés et que la disparition des espèces locales (10%) est huit fois plus rapide. Les papillons, les papillons de nuit, les guêpes, les abeilles, les syrphes et les bousiers semblent être les plus touchés, tout comme des espèces aquatiques telles que les libellules, les plécoptères, les trichoptères et les éphémères.

This is happening because of many factors: habitat loss, urbanisation and intensive agriculture; pollution, mainly by synthetic pesticides and fertilisers; biological factors, including pathogens and introduced species; and climate change, particularly in tropical zones. There’s not much we gardeners can do about many of these factors, but one thing we can do is provide habitat within our own gardens to encourage our local insect populations. Every little counts to prevent the world we live in from becoming a desert.

Ce déclin résulte de nombreux facteurs : la perte d’habitat, l’urbanisation et l’agriculture intensive ; la pollution, principalement par les pesticides de synthèse et les engrais ; des facteurs biologiques, y compris les agents pathogènes et les espèces introduites ; le changement climatique, en particulier dans les zones tropicales. En tant que jardiniers, nous ne pouvons pas faire grand-chose en ce qui concerne beaucoup de ces facteurs, mais ce que nous pouvons faire, c’est de fournir un habitat pour les insectes dans nos propres jardins. Chaque petit geste compte afin d’empêcher que notre monde ne devienne un désert.

The important thing to remember is that although your own garden may be a small one, all gardens put together form a vast resource for wildlife. Together, gardeners can make a truly significant impact.

N’oubliez jamais que, même si votre jardin est plutôt petit, tous les jardins ensemble forment une vaste ressource pour la faune et la flore. Ensemble, les jardiniers peuvent avoir un impact vraiment important.

So what should we do?

Alors, que faire ?

The first step is to stop using both pesticides and herbicides in the garden: pesticides for obvious reasons and herbicides because we could inadvertently kill off the wild plants on which many insects depend for food and shelter.

Tout d’abord, bannissez les herbicides et les pesticides du jardin: les pesticides pour des raisons évidentes, et les herbicides parce que leur usage risque d’éliminer les plantes sauvages dont dépendent de nombreux insectes pour se nourrir et s’abriter.

In fact, a general rule might be: don’t kill things. Don’t swat the wasp that hangs round your aperitif glass, the spider that lives in the corner of your living room or the ants that insist on coming into the kitchen. Divert the wasp with something sweet, remove the spider to a more suitable location and deter the ants with talcum powder (this works!). If you’re troubled by mosquitoes, take steps to prevent them breeding in your garden. If you have a pond, install a pump or a fountain to make sure the water keeps moving. Don’t bring in fish: they will eat everything in the pond, including the nymphs of aquatic insects. Cover water-butts and septic-tank outlets.

En fait, en règle générale, ne tuez rien. Ne tuez pas la guêpe qui tourne autour de votre verre de vin, l’araignée qui habite un coin du salon ou les fourmis qui persistent à entrer dans la cuisine. Divertissez la guêpe avec quelque chose de sucrée, trouvez un endroit plus approprié pour l’araignée et dissuadez les fourmis avec du talc (cela marche vraiment !). Si les moustiques vous ennuient, empêchez-les de se reproduire dans votre jardin. Si vous avez une mare, installez une pompe ou une fontaine pour assurer que l’eau bouge continuellement. N’installez pas de poissons : ils mangeront tout ce qui bouge, y compris les larves et nymphes des insectes aquatiques. Couvrez vos réservoirs d’eau et toute ouverture de votre fosse septique.

Make sure any outside lights are switched off at night when not needed. They are death to moths and other night-flying insects.

La nuit tombée, éteignez toutes les lumières extérieures quand elles ne sont pas nécessaires.. Elles sont synonymes de la mort pour les papillons de nuit et autres insectes nocturnes.

Use organic mulch on your flower-beds as much as possible. Not only does this help to conserve moisture, but it also encourages a thriving population of ground-beetles and other soil-dwelling insects.

Mettez du paillage organique sur vos parterres. Le paillage aide à conserver l’humidité et en plus fournit un habitat très apprécié par les carabes et autres insectes habitant le sol.

Don’t be too tidy: leave piles of dead wood and heaps of stones in out-of-the-way corners. Leave old dead trees standing if they are not a danger. If you have the space, allow a wild-flower meadow to grow. If not, leave a small corner of the garden to grow wild. This is important because many butterfly species rely on wild plants to feed their caterpillars.

Laissez un peu de désordre dans le jardin. Laissez des tas de bois mort et/ou de pierres dans un coin perdu du jardin. Ne coupez pas les vieux arbres morts, s’ils ne présentent pas un danger. Si vous avez la place, laissez sauvage une petite partie du jardin. Ceci est important parce que de nombreuses espèces de papillons ont besoin de plantes sauvages pour nourrir leurs chenilles.

Plant flowers and shrubs which provide pollen, nectar and food for caterpillars.

Plantez des fleurs et arbustes qui fournissent le pollen, le nectar and la nourriture pour chenilles.

Don’t cut down large trees: a mature oak may shelter over 300 species of micro-organisms.

Ne coupez pas de grands arbres: un grand chêne peut abriter plus de 300 espèces de micro-organismes.

For more information on plants to grow and wildlife gardening in general, go to the Wildlife section.

Pour plus de renseignements concernant les plantes à cultiver et le jardinage pour la faune et la flore en général, consultez les pages « Jardiner pour la faune ».

Text(e): Michèle Bailey
Photos: Ian Davis

Conserving soil moisture in a Mediterranean garden
Garder l’humidité du sol dans un jardin méditerranéen

This summer’s weather has again highlighted the need for better practices to conserve soil moisture. The majority of gardeners accept that their gardens will ‘suffer’ during the summer months, even if they have mulched or have purchased the very best Mediterranean plant for the job.

Le climat de cet été a encore plus mis en évidence le besoin de conserver l’humidité du sol. La majorité des jardiniers acceptent que leur jardin « souffre » pendant les mois estivaux, même s’ils ont mulché ou acheté la meilleure plante adaptée au climat méditerranéen.

Moisture is the limiting factor to plant growth in the Mediterranean Basin. It needs to be conserved. We know from agricultural research that weeds may reduce crop yields by 50% and that mulching can reduce water evaporation by up to 75%. Can we put the two practices together in our gardens?

L’humidité est le facteur limitant la croissance des plantes dans le bassin méditerranéen. Il faut à tout prix la conserver. Nous savons d’après les recherches en agriculture que les mauvaises herbes peuvent réduire de 50 % les récoltes et que le mulch peut réduire de 75% l’évaporation de l’eau. Pouvons-nous utiliser ces deux méthodes ensemble au jardin ?

Gardeners are a traditional bunch – they like to follow tried and proven practices. A new technology worth trying is ‘minimum tillage’ which involves reduced or no tillage. Instead weeds are controlled by mulching, herbicides, ground cover plants, cover crops, and the use of soil-covering fabrics. This practice will also conserve soil moisture, improve soil structure and allow good rain penetration should a storm arrive, in severe storms reducing run-off and soil erosion.

Les jardiniers sont traditionnels – ils aiment suivre des pratiques qui ont prouvé leur efficacité. Une nouvelle technologie valant le coup d’être essayé est « le minimum de labour » qui implique un labour simplifié ou même pas de labour du tout. De plus, les mauvaises herbes sont gérées par du mulching, des herbicides, des plantes couvre-sol, des cultures de couverture, et l’utilisation de textiles couvre-sol. Cette pratique conservera également l’humidité du sol, tout en améliorant sa structure et favorisant une bonne pénétration de la pluie en cas d’orage. Lors de tempêtes plus fortes, elle peut réduire le lessivage et l’érosion des sols.

Mulches: Organic mulches need to be applied as a thick layer to suppress weed growth and may need to be topped up before the end of the season. Shreddings of garden waste and clippings of woody plant material are favourites among some members. Inorganic mulches, such as pea gravel, last for ever and are very effective.

Paillages : les paillages organiques doivent être appliqués en couches épaisses pour supprimer les mauvaises herbes et doivent parfois être rechargés avant la fin de la saison. Certains membres préfèrent étaler des broyats de déchets et branchages du jardin. Les paillages minéraux tels que le gravier durent éternellement et sont très efficaces.

Shreddings of garden waste / Déchets broyés
A garden mulched with gravel / Un jardin paillé avec du gravier

Herbicides: The contact herbicide pelargonic acid, found in plants and animals, is safe to use, kills annual weeds and may be used in food crops as well as ornamentals. It has a short residual activity and it can be bought at garden centres.

Herbicides : L’herbicide de contact du nom d’acide pélargonique, extrait de plantes et animaux, n’est pas toxique, élimine les mauvaises herbes annuelles et peut être utilisé aussi bien pour les récoltes alimentaires que florales. Son action résiduelle est de courte durée et on peut l’acheter dans les jardineries.

Ground cover: Low growing shrubs and perennials which cover the soil will compete with weeds and help maintain soil moisture.

Couvre-sol : Les arbustes et vivaces qui couvrent le sol rivaliseront avec les mauvaises herbes et aideront à maintenir l’humidité.

Low growing shrubs cover the soil / Des arbustes rampants couvrent le sol
Tanacetum densum
An attractive ground-covering plant / Une belle plante couvre-sol

Cover crops: Some leguminous plants such as sainfoin, sulla (Hedysarum coronarium) and vicia beans sown in the autumn will capture nitrogen and help conserve water. The remaining growth will need to be destroyed in the spring.

Cultures de couverture : Certaines légumineuses telles que le sainfoin, sulla (Hedysarum coronarium) et Vicia faba semés en automne fixeront l’azote et aideront à garder l’eau. Les restes de culture devront être éliminés au printemps.

Fabrics: Woven fabrics or black polythene used at planting time will kill emerged weeds and prevent new germinations, besides maintaining soil moisture. Geotextiles, which will degrade over time, are used as weed suppressants throughout the USA, from dry-climate California, to wet-climate Florida. Plants are placed in position on the geotextile, holes made, then plants are planted through the textile. Mulch, often pine bark, is spread on top to hide the geotextile.

Textiles : les textiles tissés ou la bâche de plastique noire utilisés au moment de la plantation élimineront les mauvaises herbes et supprimeront toute autre germination, tout en conservant l’humidité. Les géotextiles, qui se dégradent dans le temps, sont utilisés aux U.S.A. pour supprimer les adventices de la Californie (climat sec) à la Floride (climat humide). Les plantes sont mises en place sur le géotextile, une fois les trous faits, puis elles sont plantées à travers le textile. On étale ensuite du mulch, la plupart du temps de l’écorce de pin afin de cacher le géotextile.

Mechanical weed control: Rotovators are not recommended. Even hoes can destroy soil structure and allow the loss of soil moisture.

Contrôle mécanique des adventices : Les motoculteurs ne sont pas recommandés. Même les houes peuvent détruire la structure du sol et permettre ainsi la perte en eau.

Text: David Bracey
Photos: Christine Daniels
Traduction en français : Chantal Guiraud