Mediterranean Gardening France

FAQ

The lachenalia collection of the Château Perouse botanical garden
La collection de lachenalia du jardin botanique Château Pérouse

Lachenalia quadricolor, Lachenalia callista

For several years, Château Pérouse botanical garden has been developing an important collection of geophytes from Mediterranean and semi-desert climates.

Le jardin botanique Château Pérouse développe depuis plusieurs années une importante collection de géophytes de climats méditerranéens et semi-désertiques.

The species of the genus lachenalia are small bulbous plants of the family Asparagaceae. The genus is endemic to South Africa and Namibia, with most species growing in regions with winter rainfall and summer drought, or in very arid environments with irregular rainfall. All lachenalia species have a subterranean bulb, usually surrounded by a spongy protective layer and a fibrous tunic.

Les espèces du genre lachenalia sont de petites plantes bulbeuses de la famille des Asparagaceae. Le genre est endémique d’Afrique du Sud et de Namibie, la grande majorité des espèces croissent dans des régions aux pluies hivernales et à sécheresse estivale, voire dans des milieux très arides où les pluies sont irrégulières. Toutes les espèces de lachenalia possèdent un bulbe souterrain, classiquement entouré d’une couche protectrice spongieuse et d’une tunique fibreuse.

Lachenalia bulbs

Our botanical garden has had a few species of the genus for several years, but it was only in 2018 that started to diversify the collection, notably by obtaining seeds from the South African company Silverhill Seeds and by exchanges with the international association, The Pacific Bulb Society.

Notre jardin botanique possède quelques espèces du genre depuis plusieurs années, mais ce n’est qu’à partir de 2018 que nous avons commencés à diversifier la collection, notamment par l’obtention de graines de la société Sud-Africaine Silverhill Seeds et par des échanges avec l’association internationale « The Pacific Bulb Society ».

The genus Lachenalia in cultivation

In the south of France, many species of the genus lachenalia are particularly easy to grow and offer a rich spectacle of colour from early autumn to late spring.

Le genre Lachenalia en culture

Dans le sud de la France, de nombreuses espèces du genre lachenalia sont particulièrement aisées à cultiver et offrent un spectacle riche en couleurs du début de l’automne à la fin du printemps.

Most of our taxa are grown in pots in a very sandy, free-draining substrate. The base mix is 90% rolled Loire sand 0/4, and the rest is zeolite. For taxa which in the wild grow in peaty soils or in pockets of humus-rich soil which may be constantly soaked in winter, we use a substrate made up of two parts moorland sand and one part potting soil (potting soil containing perlite, lots of coconut fibre and coarse peat).

La plupart de nos taxons sont cultivés en pots dans un mélange très sableux et filtrant. Le mélange de base est constitué de sable de Loire 0/4 roulé à 90%, le reste est constitué de zéolithe. Pour les taxons poussant en zones tourbeuses ou dans des poches humifères constamment trempées en hiver nous utilisons un substrat constitué comme suit : deux parts de sable des landes pour une part de terreau (terreau contenant de la perlite, beaucoup de fibres de coco et de la tourbe grossière).

The collection planted in pots is located outside, in an open space facing east/south-east. The pots are lined up, glued together and protected along the sides by terracotta tiles to keep the pots stable and prevent the black plastic from overheating in the sun.

Notre collection en pots est située à l’extérieur, dans un espace ouvert orienté est/sud-est. Les conteneurs sont alignés, collés les uns aux autres et protégés sur les bords par des plaques en terre cuite afin de maximiser l’inertie et d’éviter la surchauffe du plastique noir au soleil.

The Château Pérouse geophyte collection / La collection de géophytes de Château Pérouse

Like the rest of the geophyte collection, lachenalias are watered by hand, but only when necessary to supplement natural rainfall. We also apply a water-soluble fertiliser every fortnight during the growing season. For optimal development, the plants should not be put under stress due to lack of water before their dormant period, otherwise seed and bulblet production will be reduced. For many species from the northern and central regions of South Africa the normal winter rainfall in the Nîmes region seems to be more than sufficient.

Comme l’ensemble de la collection de géophytes, les lachenalias sont arrosés manuellement de manière à compléter si nécessaire les précipitations naturelles. Nous y appliquons un engrais soluble dans l’eau toutes les deux semaines en période de végétation. Pour un développement optimal les plantes ne doivent pas subir de stress hydrique avant leur période de dormance, sans quoi la production de graines et de bulbilles en serait amoindrie. Pour de nombreuses espèces provenant du nord et des régions centrales de l’Afrique du Sud les précipitations hivernales de la région de Nîmes nous semblent amplement suffisantes.

Depending on the taxa, all lachenalias require a reasonably warm, strictly enforced summer dormancy. During the few months of drought, the pots are covered with a light insulating material and sometimes we cover them with a waterproof tarpaulin. Like many bulbs, lachenalias rot quickly if they get wet during the summer, and resting is essential for flowering and the healthy growth of the new season’s leaves.

L’ensemble du genre nécessite une dormance estivale plus ou moins chaude et stricte selon les taxons. Pendant les quelques mois de sécheresse les pots sont recouverts d’un matériel léger et isolant avec la possibilité d’y étendre une bâche étanche. Comme de nombreux bulbes les lachenalias pourrissent rapidement s’ils sont mouillés durant l’été, de plus le repos végétatif est essentiel à la floraison et à une bonne reprise de la végétation.

As one of the aims of the botanical garden is to acclimatise exotic plants, we have decided not to protect our lachenalias from bad weather. During the winter of 2020/21 all our taxa were exposed to rain, wind and frost (-4°C at night at the coldest) without any of them being lost. An interesting observation was that the leaves of some species became flaccid and changed colour when exposed to a light frost (the same symptoms as exhibited by plants subjected to thermal weed control), but they returned to normal within a few days, without apparent damage. Others turned permanently brown on their most exposed parts.

Le jardin botanique ayant une vocation d’acclimatation nous avons pris le parti de ne pas protéger nos lachenalias des intempéries. Durant l’hiver (2020-2021) tous nos taxons ont été exposés à la pluie, au vent et au gel (-4°C de nuit au plus froid) sans que nous n’en perdions aucun complètement. Détail marquant, les feuilles de certaines espèces deviennent flasques et changent de couleur lorsqu’elles ont été exposées à un gel léger (même symptôme qu’une plante passée au désherbeur thermique), elles retrouvent leur état initial en quelques jours, sans dommages apparents. D’autres brunissent définitivement sur leurs parties les plus exposées.

Frozen leaves / Feuilles gelées

Sowing

Seeds are planted in early autumn. First a 12-hour soak, then sown in a sandy, humus rich mixture outdoors. The seedlings are cultivated in a very similar way to adult plants but protected from harsh conditions and they do not have a marked summer dormancy in their first year. Once germinated, the seedlings are watered every other day in dry weather. They grow in the partial shade of a large cedar tree, the uppermost branches providing ideal protection from the high summer sun while still allowing the low winter rays to pass through. The plants usually spend two growing seasons in their seedling pots before joining the rest of the collection. Seedlings are fertilized every fortnight during the growing season, at lower rates than mature bulbs. We use a water-soluble fertiliser.

Les semis

Les graines sont plantées au début de l’automne, après 12 heures de trempage, puis semées dans un mélange sablo-humique en extérieur. Les semis sont cultivés de manière très similaire aux plantes adultes mais exposés à des conditions moins rudes et sans dormance estivale marquée pendant leur première année. Une fois germés les jeunes plants sont arrosés tous les deux jours par temps sec, ils croissent à la mi- ombre d’un grand cèdre, ces branches hautes font une protection idéale contre le soleil d’été (haut dans le ciel) tout en laissant passer les rayons rasants de la saison hivernale. Les plantes passent en général deux saisons de croissance dans leurs pots de semis avant de rejoindre le reste de la collection. Les semis sont fertilisés à doses moindres que les bulbes matures, toutes les deux semaines pendant la période de végétation. Nous utilisons un engrais soluble dans l’eau.

From flowers to seeds

We collect our own seeds whenever possible, which allows us to increase our stocks, to exchange with other collectors and to build up a security reserve. Many taxa are at least partially self-fertile and may produce seeds without pollination, however most lachenalias attract local pollinators who actively pollinate them. Bees (Apis mellifera) are the most assiduous and efficient visitors, but we have also observed many other species: various bumblebees, solitary bees (Osmia in particular), ants and even flies.

Des fleurs aux graines

Nous récoltons autant que possible nos propres graines, ce qui nous permet d’agrandir nos stocks, d’échanger avec d’autres collectionneurs mais aussi de constituer une réserve de sécurité. De nombreux taxons sont au moins partiellement auto fertiles et produisent des graines sans fécondation, mieux encore la plupart des lachenalias attirent des pollinisateurs locaux qui les pollinisent activement. Les abeilles (Apis mellifera) en sont les visiteurs les plus assidus et efficaces, cependant nous avons pu observer de nombreuses autres espèces : divers bourdons, abeilles solitaires (Osmia notamment), fourmis et même des mouches.

Lachenalia pygmaea seeds / Graines de Lachenalia pygmaea

Future directions for the collection

So far, our aim has been to obtain and develop ‘mother’ stocks to better understand and conserve these plants. As a second phase, we would like to plant as many taxa as possible in the field, in areas dedicated to bulb cultivation, as our ‘test’ gardens, in order to select taxa and strains capable of thriving in our climate.

Orientations futures de la collection

Jusqu’ici notre but a été l’obtention et le développement de stocks « mères » permettant de mieux comprendre ces plantes et de les conserver. Dans un second temps nous souhaitons implanter un maximum de taxons en pleine terre, dans des zones dédiées à la culture des bulbes comme dans nos jardins « test », afin de sélectionner des taxons et des souches capables de se développer sous notre climat.

Some species and cultivars such as Lachenalia aloides and Lachenalia flava are already marketed in Holland or South Africa, but many others are potentially interesting. Lachenalia contaminata and Lachenalia bachmannii are easily cultivated in a garden with access to water, a mild climate and some sunshine. In the south of France, they could be grown on the edge of a pond. Lachenalia callista is a splendid species, reaching 25 cm in height, and is very easy to grow, despite its great rarity in its natural environment. These species also have the advantage of being completely unaffected if they are subjected to watering during their summer dormancy so can be grown in places where there are summer-flowering plants.

Quelques espèces et cultivars comme Lachenalia aloides ou Lachenalia flava sont déjà commercialisés en Hollande ou en Afrique du Sud mais de nombreux autres sont potentiellement intéressants. Lachenalia contaminata et Lachenalia bachmannii sont aisément cultivables dans un jardin bien humide avec un minimum de soleil et un climat doux, ou tout simplement au bord d’un bassin dans le sud de la France. On retiendra aussi Lachenalia callista, une espèce splendide atteignant 25 cm de hauteur et très facile en culture, malgré sa grande rareté dans son milieu naturel ! Ces espèces ont par ailleurs l’avantage d’être complètement insensibles à l’arrosage pendant leur dormance estivale et pourront être relayées par d’autres plantes à floraisons estivales.

Lachenalia bachmannii
Lachenalia callista

For lovers of dry rock gardens or to grow alongside succulents, there is a wide choice, provided that the lachenalias are kept dry, or almost dry, in summer. Lachenalia anguinea or Lachenalia ventricosa are particularly original choices.

Pour les amateurs de rocailles sèches ou de massifs à plantes grasses le choix est vaste pour peu qu’on leur réserve une place au sec, ou presque, en été. Lachenalia anguinea ou Lachenalia ventricosa sont particulièrement originales.

Lachenalia anguinea
Lachenalia ventricosa

All these species must be watched carefully, especially in Mediterranean climates, where some of them could be capable of spreading into the wild. Lachenalia mutabilis, one of the most common species in South Africa is known to have become naturalised in Australia and California.

Toutes ces espèces doivent cependant être contrôlées, notamment en climat méditerranéen où certaines pourraient être capables de se naturaliser… Lachenalia mutabilis, une des espèces les plus commune d’Afrique du Sud est connue pour s’être naturalisée en Australie et dans certains jardins californiens.

Conclusion

In this article we have tried to highlight plants that are not well known in horticulture and yet are astonishing in their form and diversity of colour. As plant lovers, the opportunity to develop a new collection provides moments of wonder, and this is what we wanted to share.

Conclusion

Par cet article nous avons voulu mettre en exergue des plantes peu connues en horticulture et pourtant étonnantes par leurs formes et la diversité de leurs couleurs. Pour un amateur de plantes le développement d’une nouvelle collection est toujours un moment d’émerveillement, c’est aussi ça que nous voulions partager.

A selection of lachenalia grown at Château Pérouse:

Une sélection de lachenalia cultivée au Château Pérouse :

Lachenalia bifolia
Lachenalia comptonii
Lachenalia mathewsii
Lachenalia viridiflora

Acknowledgements:

My thanks first of all to the whole Château Pérouse team for its support and in particular to Mr Jan Willem Vos for his commitment to the project. I would also like to thank all our suppliers for their advice and the quality of their work, especially M. Jean-François Sireaudau and Silverhill Seeds.

Remerciements :

Mes remerciements vont tout d’abord à l’ensemble de l’équipe Château Pérouse pour son soutient et en particulier à Mr Jan Willem Vos pour son investissement. Je souhaite aussi remercier l’ensemble de nos fournisseurs pour leurs conseils et la qualité de leur travail. Je pense notamment à Mr Jean-François Sireaudau et à la société Silverhill Seeds.


Text and photos: Johan Willm, jardinier-botaniste at Château Pérouse

Cistus, the rose of the garrigue
Les cistes, rosiers des garrigues

Click on the images to enlarge them / Cliquez sur les images pour les agrandir

Part 1 Overview / Partie 1. Généralités

In his autobiography Si le grain ne meurt, 1926, André Gide wrote “clusters of purple or white cistus coloured the rough garrigue”. How better to evoke the typically Mediterranean character of this plant that everyone should have in their Mediterranean garden.

André Gide a écrit (Si le grain ne meurt 1926) : « les bouquets des cistes pourpres ou blancs chamarraient la rauque garrigue ». Comment mieux évoquer le caractère typiquement méditerranéen de cette plante que tout jardinier devrait avoir dans son jardin méditerranéen.

Cistus – an emblematic Mediterranean plant

Why emblematic? (4)

Les cistes, plantes emblématiques méditerranéennes. 

Ce sont les emblèmes de la Méditerranée (4)

  • Because the twenty or so species (of which about ten grow wild in France) are mostly distributed around the Mediterranean. Cistus are also found in Macaronesia (Atlantic islands: Canaries, Madeira, Cape Verde). To this must be added 10 times as many natural or horticultural hybrids. The diversity of cistus allows them to grow in both garrigue (limestone) and maquis (acidic soil).

  • Parce que la vingtaine d’espèces (dont une dizaine en France) sont réparties pour la plupart sur le pourtour méditerranéen, et quelques-unes en Macaronésie (îles de l’Atlantique : Canaries, Madère, Cap Vert). Il faut y ajouter 10 fois plus d’hybrides naturels ou horticoles. La diversité des cistes permet de les observer aussi bien en garrigue (calcaire) qu’en maquis (acide).

  • Because these pioneer species are linked to fire ecology (pyrophytes).The wood is highly flammable, but fire encourages the fruits to germinate. The basket shape of the fruit (kistê in Greek) gave the genus its name. are among the first plants to grow back after a fire.

  • Parce que ces espèces pionnières sont liées à l’écologie du feu (pyrophytes). Leur bois est très inflammable mais les incendies favorisent la germination des fruits. Leur forme en panier (kistê en grec) a donné son nom au genre. Ce sont parmi les premières plantes à repousser après un incendie.

Cistus fruit / Fruit di ciste
  • Because they can withstand dry conditions. Many plants can withstand an occasional dry spell of a few days or weeks. For cistus, it’s a different story: they don’t expect a single drop of rain during the summer months, it’s their way of life! This facility is made possible by a number of adaptations. Firstly, cistus have a double root system, a combination of both superficial roots and a taproot, and secondly, each flower only blooms for one day, which limits evaporation. Some cistus species, such as the grey-leaved Cistus albidus, have hairs on the surface of the leaves, which trap a layer of moisture. Others, such as C. ladanifer, produce a kind of protective ‘resin’, (ladanum), which is used in perfumery as a base note.

  • Parce qu’ils résistent au sec. Beaucoup de plantes peuvent résister à un épisode occasionnel de sécheresse de quelques jours ou de quelques semaines. Pour les cistes, c’est autre chose : ils n’attendent pas une seule goutte de pluie pendant 2 ou 3 mois d’été, c’est leur façon de vivre ! Cette qualité est permise par plusieurs propriétés qui s’associent : d’abord un double système de racines superficielles et une pivotante, ensuite chaque fleur n’éclot qu’une journée ce qui limite l’évaporation. Certains cistes comme le ciste cotonneux (Cistus albidus) ont des poils à la surface des feuilles, ce qui permet d’y piéger une couche d’humidité. D’autres, comme C. ladanifer, produisent une sorte de « résine » protectrice, le ladanum utilisé en parfumerie comme note de fond.

Hairs on a Cistus albidus leaf / Poils sur une feuille de Cistus albidus

Other properties of cistus

Autres propriétés des cistes

Cistus plants are melliferous. Bees forage on the flowers but this is a fool’s game because even if they collect pollen, bees will find they cannot feed on the nectar because cistus produce very little, sometimes none at all.

Les cistes sont mellifères. Les abeilles butinent les fleurs mais c’est presque un jeu de dupes car si elles récoltent un pollen, elles ne peuvent se nourrir du nectar car les cistes n’en produisent pas ou peu.

Flower of C. x pulverulentus visited by a forager / Fleur de C. x pulverulentus visitée par un butineur

Cistus plants are resistant to cold. Cistus species have good resistance to dry cold, generally -10°C to -15°C. One of the hardiest is C. laurifolius, native to mountainous areas between 200 – 800m or higher and which survives at -20°C (2). Robert Page, in Leeds, UK, not particularly favoured by a warm climate, has a famous collection of cistus plants (5). But beware of frost in wet and heavy soil! In addition, cistus tolerate pollution and sea spray.

Les cistes et le froid. Les cistes offrent une bonne résistance au froid sec, en général         -10°C à -15°C. Un des champions est C. laurifolius un habitant de zones montagneuses entre 200 et 800 m ou plus haut et qui survit à -20°C (2). Une collection renommée de cistes est celle de Robert Page à Leeds au Royaume-Uni, pas spécialement favorisée par un climat chaud (5). Mais gare au gel en sol humide et lourd ! Par ailleurs, ils tolèrent la pollution et les embruns.

Resistance to competition. Cistus produce substances that prevent germination beneath them (allelopathy). You will have little weeding to do around the base of your cistus plants.

Résistance à la concurrence. Les cistes produisent des substances qui empêchent la germination à leur pied (allélopathie). Vous n’aurez que peu de désherbage à effectuer au pied des cistes.

Cistus are not affected by disease or pests.

Les cistes ne sont sujets ni aux maladies ni aux ravageurs.

Hybridisation. Cistus hybridises easily in the wild and in production. It is often more interesting to choose a hybrid for your garden, indeed, the hybrid often inherits the most favourable characteristics from its parents, such as better tolerance of limestone or better resistance to cold. The flower colours also benefit from hybridisation: C. ladanifer passes on to its hybrids the beautiful purple macules of its flowers.

Hybrides. Les cistes s’hybrident facilement dans la nature et en production. Il est souvent plus intéressant de choisir un hybride pour son jardin. En effet l’hybride hérite souvent de ses parents le caractère le plus favorable, comme la meilleure tolérance au calcaire ou la meilleure résistance au froid. Les couleurs bénéficient aussi de l’hybridation : C. ladanifer offre à ses hybrides les belles macules pourpres de ses fleurs.

Purple macules of C. ladanifer hybrids: left C. x purpureus; right C. x cyprius ‘Troubadour’ / Macules pourpres des hybrides de C. ladanifer : à gauche, C. x purpureus ; à droite, C. x cyprius ‘Troubadour’

Cistus flowers

La fleur

The five-petalled, crinkled, white or pink flowers are very characteristic. Yellow may now be added as the genus Halimium has been reclassified in the genus Cistus (1). There is a wide choice of shades of pink from ‘baby pink’ to deep pink or mauve.

Les fleurs à 5 pétales, froissées, blanches ou roses sont bien caractéristiques. Il faut maintenant ajouter le jaune puisque le genre Halimium a été reclassé dans le genre Cistus (1). Les nuances de rose offrent un grand choix, depuis le rose « layette » jusqu’à des roses soutenus ou tirant sur le mauve.

Shades of pink / Nuances de rose: 1, C. x purpureus 2, C. x escartianus 3, C. x skanbergii 4, C. x pulverulentus

Blooms too short-lived?

Des floraisons trop brèves ?

Visit a cistus garden in the middle of the afternoon and you will be disappointed. The flowers fade in the middle of the day but are renewed day after day for about 3 to 6 weeks and with what splendour! It is possible to have cistus in flower from the end of March to the beginning of July by combining species that do not flower at the same time. 

Visitez un jardin de cistes en milieu d’après-midi et vous serez déçu. En effet les fleurs fanent en milieu de journée mais elles se renouvellent jour après jour pendant environ 3 à 6 semaines et quelle splendeur ! Il est possible d’avoir des fleurs de cistes de fin mars jusqu’à début juillet en associant des espèces qui ne fleurissent pas en même temps.

Cistus x escartianus blooming end of March / fleuri fin mars
Cistus creticus flowering end of April / fleuri fin avril

Below are some examples of cistus which bloom from the end of March to the beginning of July. Variations in dates are possible depending on the year and location.

Ci-dessous sont montrés quelques exemples de cistes dont la floraison se succède de fin mars à début juillet. Des variations dans les dates sont possibles selon les années et les localisations.

Cistus foliage

Le feuillage des cistes

It’s not just about flowers! By taking advantage of the various shapes, foliage colour and heights of the shrubs, it is possible to obtain beautiful compositions, particularly in association with other Mediterranean plants (see part 2).

Il n’y a pas que les fleurs ! En mettant à profit les diverses formes, couleurs des feuillages, hauteurs des arbustes, il est possible d’obtenir de belles compositions, notamment en association avec d’autres plantes méditerranéennes (voir partie 2).

The often sticky young shoots give off a penetrating amber and spicy scent on hot summer days. The colour of the leaves varies according to the species, from silvery-green covered with hairs (C. albidus) to dark, shiny green (C. ladanifer). Some flower buds have an interesting red tinge (C. x hybridus, C. x aguilari, C. laurifolius).

Les jeunes poussessouvent collantes exhalent un parfum pénétrant ambré et épicé lors des journées chaudes d’été. La couleur des feuilles varie selon les espèces du vert argenté recouvert de poils (C. albidus) au vert sombre et luisant (C. ladanifer). Les bourgeons sont intéressants quand ils présentent une jolie teinte rouge (C. x hybridus, C. x aguilari, C. laurifolius).

Diversity of foliage / Diversité des feuillages (de gauche à droite et de haut en bas) : C. ladanifer, C. albidus, C. laurifolius, C. x florentinus, C. creticus, C. tardiflorens, C. x purpureus, C. x argenteus
Combination of foliage / Association de feuillages : 1, C. x purpureus ; 2, C. tardiflorens ; 3, C. x hybridus ; 4, C. x argenteus
Buds / Bourgeons de C. x hybridus (syn. C. x corbariensis)

Cistus and their hybrids

Les cistes et leurs hybrides

As an example, let’s consider three common cistus which grow in the garrigue: C. albidus, the grey-leaved cistus with downy grey leaves and luminous pink flowers, C. monspeliensis with its narrow, elongated, dark green, sticky leaves and white flowers, and C. salviifolius with its rounded, rough leaves and white flowers.

A titre d’exemple, considérons trois cistes communs dans nos garrigues, C. albidus, le ciste cotonneux avec ses feuilles grises duveteuses et ses fleurs rose lumineux, C. monspeliensis aux feuilles étroites, allongées, vert sombre et collantes, à fleurs blanches et C. salviifolius aux feuilles arrondies et rugueuses et aux fleurs blanches.

Cistus albidus
Cistus monspeliensis
Cistus salviifolius

These three species of cistus have given rise to several hybrids, shown below, which are frequently found in gardens. Remember that there are about 200 hybrids. The choice is vast!

Ces trois cistes ont donné naissance à plusieurs hybrides montrés ci-dessous, que l’on retrouve fréquemment dans les jardins. Rappelons qu’il existe environ 200 hybrides. Le choix est vaste !

Planting cistus

Planter des cistes

Who’s afraid of alkaline soils? Depending on the species, cistus will tolerate the presence of alkalinity. C. ladanifer and C. populifolius do not tolerate it at all and will exhibit chlorosis. On the other hand, cistus which grow in limestone soil will also do well in acidic soil. If you have a chalky soil, you need to research which cistus species will thrive there.

Qui a peur du calcaire ? Selon l’espèce, les cistes vont plus ou moins tolérer la présence de calcaire. Ainsi C. ladanifer, C. populifolius ne le tolèrent pas et vont chloroser. Par contre, les cistes poussant en sol calcaire vont bien se comporter aussi en sol acide. Si vous avez un sol calcaire, il faut savoir quels cistes vont pouvoir s’y épanouir.

Olivier Filippi in his book “The Dry Gardening Handbook” (3) suggests a simple protocol if you are unsure about your type of soil. Plant a C. ladanifer that only grows in acidic soil, a C. salviifolius that tolerates slightly chalky soil and a C. albidus that thrives in alkaline soil. After a year, observe how the three plants have grown. The results will give you guidance on the most suitable species for your garden – see table below. You should also note what is happening in neighbours’ gardens and in the surrounding countryside. Remember that limestone is not the only cause of chlorosis, and that all cistus species can exhibit chlorosis in heavy and humid soils. Pay attention to drainage!

Olivier Filippi dans son ouvrage « Pour un jardin sans arrosage » (3) propose un protocole simple si l’on connait mal son sol. Il faut planter un C. ladanifer ne poussant qu’en sol acide, un C. salviifolius tolérant un sol légèrement calcaire et un C. albidus supportant le calcaire. Au bout d’un an, on aura jugé du comportement de ces cistes et l’on pourra mieux choisir les espèces les plus adaptées au jardin, comme montré dans le tableau ci-dessous. On peut aussi observer ce qui passe chez le voisin ou dans la garrigue environnante. Ne pas oublier que le calcaire n’est pas la seule cause de la chlorose et que tous les cistes peuvent chloroser en terrain lourd et humide. Attention au drainage !

It should be noted that some specialist nurseries have bred variants of certain acid-loving cistus plants so that they can tolerate a little alkalinity (for example C. ladanifer sulcatus var latifolia). In addition, for C. creticus and others, geographical origin leads to differences in lime tolerance (3). Nothing is better than testing in the garden. Try it out…

A noter que pour certains cistes poussant en terre acide, des variants supportant un peu de calcaire ont été sélectionnés et sont en vente en pépinière spécialisée (C. ladanifer sulcatus var latifolia). De plus, pour C. creticus et d’autres, l’origine géographique entraîne des différences dans la tolérance au calcaire (3). Rien ne remplace les essais dans son jardin. Essayez, essayez…

Control plant / Ciste témoinQualité de la cultureExemples de cistes à essayer
Cistus albidus
Cistus salviifolius
Cistus ladanifer
+

C. clusii, C. monspeliensis, C. skanbergii, C. x purpureus, C. x argenteus ‘Blushing Peggy Sammons’
C. salviifolius
C. ladanifer
+
All the above plus/ Ceux-ci-dessus et C. ladanifer var sulcatus f. latifolius C. atriplicifolius, C. crispus C. laurifolius
Simple test to assist in the selection of cistus adapted to specific garden soils / Test simplifié pour le choix de cistes adaptés au sol du jardin

A non-exhaustive list of cistus plants suitable for different soil types / Liste non exhaustive de cistes tolérants ou non au calcaire

Growing conditions

Conditions de culture

It is best to try to mimic the growing conditions cistus have in the wild. They should be planted in autumn, usually in a sunny position, though a few will tolerate semi-shade. These species can be useful for the gardener because they can withstand root competition from pines and oak trees. A good example is C. salviifolius (white flowers), which grows naturally alongside forest paths and at the foot of pine trees.

Offrons aux cistes de nos jardins leurs conditions naturelles de croissance. La plantation se fait en automne au soleil. Certains cistes poussent à mi-ombre. Ceux-là sont intéressants pour le jardinier car ils supportent la concurrence racinaire des pins et des chênes. Un exemple typique est C. salviifolius (fleurs blanches) qui borde les allées des forêts et se plait presque au pied des pins.

Drainage is of great importance and can be facilitated by planting the young cistus on a small mound. The planting hole should be 30cm wide and 40/50cm deep and filled with a mixture of river sand, pebbles and pouzzolane. Create a watering saucer around the plant, about 60 cm in diameter and 20 cm deep, capable of receiving 20 litres of water once every 3 weeks for one year (3). Fertilisers should be avoided, and watering should be stopped after one year.

Le drainage est d’une très grande importance, facilité par une plantation sur une petite butte. Le trou de plantation mesurera 30 cm de large et 40/50 cm de profondeur, rempli de sable de rivière, de cailloux, de pouzzolane, avec une cuvette suffisamment grande (environ 60 cm de diamètre et 20 cm de profondeur) pour recevoir 20 litres d’eau une fois toutes les 3 semaines pendant un an (3). Les engrais sont à éviter et les arrosages sont arrêtés au bout d’un an.

Cistus do not need to be pruned but a light pruning of the growing tips after flowering will help keep the plant’s shape and prolongs its life. Avoid cutting into woody parts. Cistus only live for 10 to 15 years. Their rapid growth can be useful in creating structure a garden in a short time.

Les cistes ne nécessitent pas de taille mais il est préférable de tailler les pointes après la floraison, en évitant d’atteindre le bois. Cette taille légère permet de garder la forme du ciste et de prolonger sa longévité. En effet les cistes ne vivent que 10 à 15 ans. La rapidité de leur croissance peut être utile si l’on veut structurer en peu de temps un jardin.

When your cistus shrubs start to age, take semi hardwood cuttings after the autumn rains, between September and November, preparing and planting them in the traditional way (see article on the website). You can also try taking about ten 20 cm long stems, put them together in bundles and bury them to 10cm in a mixture of soil and sand in equal parts.

Quand les cistes vieillissent, il faut penser à préparer des boutures. Ces boutures semi-aoûtées se font après les pluies d’automne entre septembre et novembre de manière classique (voir l’article sur le site). On peut aussi prélever une dizaine de rameaux de 20 cm de long, les réunir en fagots et les enterrer à moitié dans un mélange à part égale de terres et de sable.

Sowing seeds is another propagation method. The seeds are very hard, and yields are improved if they are first scarified by rubbing them for a minute between two sheets of sandpaper. It is also possible to imitate the action of fire by heating the seeds in an oven for 10 minutes at 150°C (3).

Les semis sont aussi possibles. Les graines sont très dures et on améliore les rendements par scarification en les frottant une minute entre deux feuilles de papier de verre. Il est aussi possible d’imiter l’action du feu en chauffant les graines dans un four 10 minutes à 150°C (3).

References /  Bibliographie

  1. DEMOLY JP. Notes taxonomiques, chorologiques et nouveautés nomenclaturales pour le genre Cistus L. élargi, incluant Halimium (Dunal) Spach (Cistaceae). Acta Botanica Gallica vol.153 n°3, octobre 2006
  2. eFlore. L’encyclopédie botanique collaborative. https://www.tela-botanica.org/bdtfx-nn-18001-synthese
  3. FILIPPI O. Pour un jardin sans arrosage. Actes Sud. 2007 The Dry Gardening Handbook: Plants and Practices for a Changing Climate Hardcover. Philbert Press, 2019
  4. FILIPPI O. La méditerranée dans votre jardin. Actes Sud. 2018 Bringing the Mediterranean into Your Garden: How to Capture the Natural Beauty of the Mediterranean Garrigue. Philbert Press, 2019
  5. PAGE R.  The Cistus & Halimium Website. https://www.cistuspage.org.uk/index.html

A search facility (in French) to assist in the selection of cistus, is available in the Plantes section of Olivier Filippi’s website: https://www.jardin-sec.com/

Moteur de recherche pour sélectionner le ciste qui vous convient, accessible dans la rubrique « Plantes » : https://www.jardin-sec.com/

Réseau Telabotanica : écologie et répartition des cistes en France


This article is based on a talk given to Hortus by Roland Leclercq, Annie Nivière and Elisabeth Gratraud (April 2022)

Texte d’après une conférence Hortus par Roland Leclercq, Annie Nivière et Elisabeth Gratraud (avril 2022)

Photos : Roland Leclercq, Hubert Nivière

Is there an alternative to Box? / Quelles alternatives au buis ?

Le Jardin de La Louve

Click on the images to enlarge them / Cliquez sur les images pour les agrandir

In less than 30 years, box blight and box tree caterpillar have devastated box hedges across Europe. From stately homes to back gardens, no one has been spared. One member wrote “In France my box is horribly ravaged and after three years fighting the caterpillars I shall probably give up and re-plant something else”. Another wrote “In my garden, I have replaced box by other plants, but none are perfect: Myrsine africana, Myrtus communis ‘Giulli’ (small size), Myrtus communis subsp. tarentina grow well in my garden. But no success with Lonicera nitida (it needs some watering).”

En moins de 30 ans, la pyrale du buis et sa chenille ont dévasté les haies de buis dans toute l’Europe. Des demeures seigneuriales aux jardins de campagne, personne n’a été épargné. Un de nos adhérents a écrit « En France, tous mes buis sont terriblement ravagés et après 3 ans de lutte contre les chenilles, je vais probablement abandonner et replanter autre chose. » Un autre a écrit « Dans mon jardin, j’ai remplacé les buis par d’autres plantes, mais aucune n’est parfaite : Myrsine africana, Myrtus communis ‘Giulli’ (petite taille), Myrtus communis subsp. tarentina poussent bien dans mon jardin. Pas de succès avec Lonicera nitida (a besoin d’un peu d’eau). »

Box blight (Cylindrocladium buxicola) was identified in the UK in the 1990s. It spread rapidly throughout Europe on newly propagated plants, possibly from limited stock plants. These plants would be ‘clones’ and have identical genetic resistance (or lack of it) to blight.

Le dépérissement du buis dû à un champignon (Cylindrocladium buxicola) a été identifié au Royaume-Uni dans les années 1990. Il s’est rapidement répandu dans toute l’Europe sur des plantes nouvellement propagées, probablement à partir de stocks limités de plantes. Ces plantes seraient des ‘clones’ et auraient une résistance génétique identique (ou une absence de résistance) au champignon.

Box tree caterpillar/ moth (Cydalima perspectalis) was first seen in Europe in 2006 having arrived on plants from Asia. It was identified in a private garden in the UK in 2011 and by 2014 was widespread in Europe.

La chenille/pyrale du buis (Cydalima perspectalis) a été observée pour la première fois en Europe en 2006 après être arrivée sur des plantes en provenance d’Asie. Elle a été identifiée dans un jardin privé au Royaume-Uni en 2011 et en 2014, elle était déjà répandue en Europe.

Cydalima perspectalis
Resting/feeding moths of the box tree caterpillar / Des papillons de la chenille du buis en train de se reposer/se nourrir

The problem for MGF members is box tree caterpillar. Although many members have seen box regrowth both in the garden and in the garrigue, it is likely that the garrigue will be a reservoir for re-infestation of box caterpillar.

Le problème pour les adhérents de la MGF est la chenille du buis. Bien que de nombreux membres aient vu des repousses de buis dans le jardin et dans la garrigue, il est probable que la garrigue soit un réservoir pour la ré-infestation de la chenille des buis.

The ravages of box tree caterpillar /Les ravages de la chenille du buis
Regrowth on a wild Buxus / Repousse sur un buis sauvage

The best control is Bacillus thuringiensis, a bacterium first detected in dead silkworms in 1902. Commercial formulations have been available since at least the mid-sixties. Bacillus thuringiensis is safe to man and specific to larvae of many lepidopterous, dipterous and coleopterous species. Its specificity to certain pests and safety to humans, natural enemies and the environment make it ideal for modern pest management. It should be applied on its own and used carefully because of collateral effects on other butterflies. Always read the instructions for use.

Le meilleur moyen de lutte est le Bacillus thuringiensis une bactérie détectée pour la première fois dans des vers à soie morts en 1902. Des formulations commerciales sont disponibles depuis au moins le milieu des années 60. Le Bacillus thuringiensis est sans danger pour l’homme et spécifique aux larves de nombreuses espèces de lépidoptères, diptères et coléoptères. Sa spécificité à l’égard de certains parasites, son innocuité pour l’homme, ses ennemis naturels et l’environnement en font un produit idéal pour la lutte antiparasitaire moderne. Il doit être appliqué seul et avec précaution du fait de ses effets collatéraux sur les autres papillons. Toujours lire le mode d’emploi.

Re-plant, but with what?

A replacement should be evergreen/ever grey, with small leaves, compact habit, slow growing, capable of withstanding the high temperatures and dry conditions of the Mediterranean basin. Many members responded to our request for information and suggestions, and we’d like to thank them for their contributions.

Replanter, mais avec quoi ?

Une plante de remplacement doit être à feuilles persistantes/grises, à petites feuilles, compactes, à croissance lente, capable de supporter des températures élevées et des conditions sèches du bassin méditerranéen. De nombreux membres ont répondu à notre demande d’informations et de suggestions et nous tenons à les remercier pour leurs contributions.

Based on members’ comments, published data and our collective knowledge, here are our suggestions:

Basées sur les commentaires des adhérent, les données publiées et nos connaissances collectives, voici nos suggestions :

Elaeagnus x submacrophylla ‘Compacta’

Silver grey foliage, compact, fast growing, white fragrant flowers.

Elaeagnus x submacrophylla ‘Compacta’

Feuillage gris argenté, compact, croissance rapide, fleurs blanches parfumées.

Myrtus communis subsp. tarentina 

Many good reports. Clip to maintain dense growth, grows in alkaline and acid soils, slow growing, Origin sub-Sahara, Middle East

Myrtus communis subsp. tarentina 

Beaucoup de bons commentaires. Tailler pour maintenir une croissance dense, pousse dans les sols alcalins et acides, croissance lente, origine sub-saharienne, Moyen-Orient

Myrsine africana 

Many good reports, “a good alternative to box”. Grows in alkaline soils in sun or partial shade, dense dark, shiny foliage similar to box, supports frequent clipping and topiary, origin hot dry climates, sub-Sahara. Slow growing, some runners which can be detached for more plants.

Myrsine africana 

Beaucoup de bons commentaires, « une bonne alternative au buis ». Pousse dans les sols alcalins, au soleil ou à l’ombre partielle. Feuillage dense, foncé et brillant, similaire au buis, supporte des coupes fréquentes et la formation en topiaire. Croissance lente, quelques stolons qui peuvent être détachés pour obtenir plus de plantes.

Elaeagnus x submacrophylla ‘Compacta’
Myrtus communis subsp. tarentina shaped like a chicken / taillé en forme de poulet
Myrsine africana

Phillyrea angustifolia

Evergreen, tolerates alkaline soils, sun and shade. Very good reviews, recommended for topiary and hedges, but very slow growing. Origin: Mediterranean basin.

Phillyrea angustifolia

Persistant, tolère les sols alcalins, le soleil et l’ombre. Très bons commentaires, recommandé pour les topiaires et les haies mais croissance très lente. Origine : Bassin méditerranéen.

Salvia rosmarinus syn. Rosmarinus officinalis

Year-round interest, fragrant, makes a good hedge, many cultivars, choose an upright one such as ‘Miss Jessopp’s Upright’ or ‘Tuscan Blue’. Origin: Mediterranean basin.

Salvia rosmarinus syn. Rosmarinus officinalis

Intéressant tout au long de l’année, parfumé, bon pour les haies, nombreuses variétés, préférer un cultivar dressé, ‘Miss Jessopp’s Upright’ ou ‘Tuscan Blue’. Origine : Bassin méditerranéen.

Teucrium fruticans

Cultivars ‘Ouarzazate’ and ‘Azureum’ are recommended. Grey leaves, blue flowers, loose growth. Needs regular clipping to maintain shape, topiary. Best in alkaline soils. Origin: Mediterranean basin.

Teucrium chamaedrys is also a possibility but so far information is limited.

Teucrium fruticans

Cultivars‘Ouarzazate’ et ‘ Azureum’ recommandés. Feuilles grises, fleurs bleu foncé, port lâche. Taille régulière pour maintenir la forme, topiaire. Sols alcalins. Origine : Bassin méditerranéen.

Teucrium chamaedrys est une possibilité mais les connaissances sont encore limitées.

Phillyrea angustifolia
Salvia rosmarinus clipped as a cube / taillé en cube
Teucrium fruticans ‘Ouarzazate’

OTHER POSSIBILITIES / D’AUTRES POSSIBILITÉS

Cneorum tricoccon 

Small dark green leaves, remains compact with rounded shape, very slow growing. No watering needed.

Cneorum tricoccon

Petites feuilles vert foncé, reste compact avec une forme arrondie, croissance très lente. Pas d’arrosage.

Corokia spp.

Some species (Corokia buddlejoides, Corokia x virgata, Corokia macrocarpa) make good hedges and topiary. However, we need more data that they would withstand a Mediterranean summer so plan to do some trials. Origin: New Zealand.

Corokia spp.

Certaines espèces (Corokia buddlejoides, Corokia x virgata, Corokia macrocarpa) font de bonnes haies et topiaires. Cependant, nous avons besoin de plus de données pour savoir s’ils résisteraient à un été méditerranéen. Nous prévoyons donc de faire des essais. Origine : Nouvelle-Zélande

Cotoneaster lacteus

In the news recently as a plant capable of absorbing car fumes in an urban area. Recommended for the Mediterranean basin.

Cotoneaster lacteus

A fait parler d’elle récemment en tant que plante capable d’absorber les gaz d’échappement des voitures dans une zone urbaine. Recommandé pour le Bassin méditerranéen.

Cneorum tricoccon
Corokia x virgata ‘Sunsplash’
Cotoneaster lacteus

Euonymus japonicus

Needs little water, free shape.

Euonymus japonicus

Peu d’arrosage, forme libre.

Lavandula angustifolia 

Makes a good low hedge. Trim dead flowers in the autumn. Several candidates including ‘Hidcote’ varieties.

Lavandula angustifolia

Fait une bonne haie basse. Taillez les fleurs mortes en automne. Plusieurs candidats, dont les variétés ‘Hidcote’.

Lonicera nitida

Very popular alternative to box hedging, easy to grow. However, requires some watering. Can tolerate short periods of drought.

Lonicera nitida

Alternative très populaire aux haies de buis, facile à cultiver. Toutefois, elle nécessite un certain arrosage. Peut tolérer de courtes périodes de sécheresse. 

Euonymus japonicus ‘Green Spire’
Lavandula angustifolia ‘Folgate’
Lonicera nitida

Summary of plants’ characteristics / Résumé des caractéristiques des plantes.

 Size/Taille max en m (HxL) #Growth / Vitesse de croissanceHardiness /RusticitéExposure/ExpositionAutres caractéristiques
Cneorum tricoccon0.5 x 0.6Very slow Très lente-12 -15°CSun, partial shade Soleil, ombre partielle *
Corokia x virgata2 x 1.5Fast Rapide-7 -12°CSun, partial shade Soleil, ombre partielle 
Cotoeaster lacteus3 x 3Fast Rapide< -15°CSun or shade Soleil ou ombre 
Elaeagnus x submacrophylla  ‘Compacta’2 x 1.5Fast Rapide-12°CSun, partial shade Soleil, ombre partielle 
Euonymus japonicus3.5 x 2.5Medium Moyenne-10°CPartial shade Ombre partielleSome watering Arrosage occasionnel
Lavandula angustifolia0.3 x 0.4Fast Rapide< -15°CSun Soleil 
Lonicera nitda2 x 2Fast Rapide< -15°CSun, partial shade Soleil, ombre partielleSome watering Arrosage occasionnel
Myrsine africana1 x 0.8Slow Lente-8 -10°CSun, partial shade Soleil, ombre partielle 
Myrtus communis ‘Guilli’0.4 x 0.3Slow Lente-12°CSun or shade Soleil ou ombre *
Myrtus communis subsp. tarentina1 x 1.5Slow Lente-12°CSun or shade Soleil ou ombre *
Phillyrea angustifolia2 x 2Very slow Très lente-12° -15°CSun or shade Soleil ou ombre *
Salvia rosmarinus syn. Rosmarinus officinalis Mrs Jessop’s Upright’1.2 x 0.8Fast Rapide-12 -15°CSun SoleilUpright
Salvia rosmarinus syn. Rosmarinus officinalis  ‘Sappho’0.8 x 0.8Fast Rapide-12 -15°CSun SoleilRounded shape
Salvia rosmarinus syn. Rosmarinus officinalis  ‘Tuscan Blue’1.5 x 1Fast Rapide-12 -15°CSun SoleilUpright
# Size can be reduced by pruning / Les dimensions peuvent être réduites par la taille
* Withstands roots competition / Supporte la concurrence racinaire

Text: David Bracey and Roland Leclercq

Photos:  David Bracey, Ian Davis, Roland Leclercq, Graham Petty, Peter Redman, Christine Daniels

An article about fig trees / Un article sur les figuiers

Look in Plant Articles for a new post on the talk by Pierre Baud of Pépinières Baud about fig trees.

Cherchez dans Articles sur les plantes un nouveau post sur la conférence de Pierre Baud de Pépinières Baud sur les figuiers.

How to care for plants using essential oils / Comment soigner les plantes avec des huiles essentielles
A talk by Jean-Yves Meignen / Une conférence par Jean-Yves Meignen

Click on the images to enlarge them / Cliquez sur les images pour les agrandir

Mr Meignen is co-founder of the garden project at the Abbaye de Valsaintes. He started by tellingus something of his professional life which included working in plant nurseries before creating the garden at Valsaintes.

Monsieur Meignen, cofondateur et associé au projet Abbaye de Valsaintes a nous a raconté un peu son parcours, a travaillé dans des pépinières avant de venir et créer le jardin de Valsaintes.

The main thrust of his talk was to explain to us how to use essential oils to care for plants in the garden. It was interesting that he came upon the subject completely by chance. One day in the village of Simiane-la-Rotonde he attended a talk given by an aromatherapist. He explained that he had a problem with fungal infections on his fingernails, which seem to come from working so much with compost. The aromatherapist advised him to apply essential oil of summer savoury. Although it took a long time, the treatment was successful and his nails are now in perfect condition.

Le point principal dont M Meignen voulait nous entretenir était comment soigner les plantes par les huiles essentielles. Ce qui était drôle c’était qu’il y est arrivé tout par hasard. Un jour dans le village de Simiane-la-Rotonde il y a eu une conférence avec un aromathérapeute. Comme M Meignen avait un problème de champignons aux ongles de ses mains (par le terreau), cet aromathérapeute lui a conseillé de se soigner avec l’huile essentielle de sarriette. Ça a très bien marché et il s’est très vite guéri avec cette méthode (pure sur les ongles).

He was not comfortable with the standard treatments used as fungicides for plants: bouillie bordelaise and sulphur. Sulphur interferes with insect life and can also burn leaves if applied at high ambient temperatures; copper is non-biodegradable and kills life in the soil by making it over-acidic. Consequently, he read widely on the subject as well as carrying out his own research and many trials. Amongst these was a study in the United States about combatting greenfly using an essential oil of peppermint. All these experiments and research lead him to devise a method of treating fungus using very precise dosages.

Comme il était moyennement content avec des traitements à la bouillie bordelaise et le souffre (le souffre gène la vie des insectes et peut brûler les feuilles à température élevée, le cuivre non dégradable, tue la vie du sol en le rendant plus acide), il a fait des recherches et des essais. Entre autres il y avait une recherche aux Etats Unis contre les pucerons avec une huile essentielle de menthe poivrée. Bref, tout ceci a abouti à une méthode de traitement insectifuge, avec des dosages précises.

Treatment by spraying the leaves of plants

It’s important to note that essential oils are 100% biodegradable however they do not mix with water. Therefore, one has to first create a solubilising base which will absorb the oil so that it can then be mixed with water. An important note is that the pH of the water must not be too high. Usually, it is 7.0 or higher and should be lowered to 6.5. Add 1 tsp of vinegar per litre of water and test. pH kits for measuring the pH of swimming pools are useful for this purpose.

Traitement par pulvérisation sur les feuilles des plantes

Les huiles essentielles sont 100% biodégradables, mais ne se mélangent pas à l’eau. Il faut d’abord composer un agent solubilisant qui permettra d’absorber l’huile essentielle que l’on pourra ensuite mélanger à l’eau. Le pH de l’eau ne doit pas être trop élevé. Il est généralement de 7,0 ou supérieur et doit être abaissé à 6,5. Ajouter 1 cuillère à café de vinaigre par litre d’eau et tester. Pour savoir le PH de l’eau qu’on utilise on pourra utiliser des bandelettes de piscine.

Solubol is a ready to use solubilising agent made in Aubagne. Alternatively, one can make it oneself with a mixture of 50% vegetable oil (sunflower or ricin), 50% vegetable-based washing-up liquid or liquid savon de Marseille.

Solubol (fabriqué à Aubagne) est un agent solubilisant toute prête. Ou, à faire soi-même : moitié huile végétale, tournesol ou ricin, l’autre moitié liquide vaisselle végétale ou savon de Marseille liquide.

Quantities:

1 ml of essential oil plus 10 ml of solubilising agent in 1 litre of water.  Use an appropriate container: dark glass or aluminium. Use a small pipette or a syringe to measure millilitres. Otherwise, a dropper although this is less precise: 20-30 drops.

Quantités:

1 ml huile essentielle + 10 ml de base solubilisante dans 1 litre d’eau. Mettre le mélange dans un flacon adapté : verre teinté ou alu. Pour obtenir le dosage en ml, on utilise pipette ou seringue. Sinon avec le goutteur, moins précis, 20 ou 30 gouttes.

Treatment of trees by injection

20 ml of essential oil plus 10 ml of solubilising agent in 1 litre of water. Puncture the bark of the tree with a drill using a 1.5 mm bit, being careful not to drill very far. Set up the syringe and fill with about 30ml of the preparation. A good time to do this is May/June together with a rising moon in order to benefit from the rising sap; this is a systemic treatment.

Traitement des arbres par perfuseur

20 ml d’huile essentielle + 10 ml de base solubilisante dans 1 litre d’eau. Perforer l’écorce de l’arbre avec perceuse (à batterie), mèche métallique de 1,5 mm, petit trou. Installer la petite seringue, remplir la poche avec environ 30ml de la préparation. Un bon moment est mai / juin, avec la lune montante pour profiter de la sève qui monte et créer à nouveau un système systémique.

Which essential oils to use?

  • Summer savoury (Satureja hortensis) is good for everything
  • Sweet orange (Citrus × sinensis) works for everything and is less expensive
  • Geranium rosat (Pelargonium graveolens) for caterpillars

Concrètement quelles huiles essentielles ?

  • Sarriette (Satureja hortensis) va pour tout
  • Orange douce (Citrus × sinensis) tout et moins cher
  • Géranium rosat (Pelargonium graveolens) pour cochenilles

Satureja hortensis
Citrus × sinensis
Pelargonium graveolens

To treat olive trees against olive tree fly, spray with a kaolin ‘milk’ (30g of clay per litre) to which the essential oil of Juniperus communis has been added.

Pour la mouche de l’olive, rajouter au lait de kaolin (lait d’argile 30g par litre) du Genévrier commun (Juniperus communis) et pulvériser sur l’arbre.


Bibliographie :

Prendre soin de ses plantes avec les huiles essentielles par Jean-Yves Meignen.

Rustica éditions


Text: Romarin Girardot et Sylvie Dubois

Traduction en anglais : Frances Horne