Mediterranean Gardening France

FAQ

The evolution of MGF members’ gardens: Towards a ‘Mediterranean’ style
L’évolution des jardins des membres de MGF : vers un style « méditerranéen »

Click on the images to enlarge them / Cliquez sur les images pour les agrandir

The gardens of Nicole de Vésian at Bonnieux and Olivier Filippi at Mèze have influenced members’ garden ideas. Nicole de Vésian clearly had an eye for design, she was, after all, a designer at Hermès. She began her garden in the early 1980s. It was to become a unique and iconic Mediterranean garden. The contrasting forms of clipped box, junipers, rosemary, sage, and lavender and her signature plant, a flat-topped cypress, have been an inspiration to gardeners ever since. Shade and dark shapes dominate the garden especially in the intense sunlight of the Vaucluse.

Les jardins de Nicole de Vésian à Bonnieux et d’Olivier Filippi à Mèze ont influencé le style de jardinage de nos membres.  Nicole de Vésian avait bien sûr le sens du design ; elle était, après tout, designer chez Hermès.  Elle a commencé son jardin au début des années 1980.  Il est devenu un jardin méditerranéen unique et emblématique.  Les formes contrastées de buis taillé, de genévrier, de romarin, de sauge et de lavande, ainsi que sa plante emblématique, le cyprès à sommet plat, ont inspiré les jardiniers depuis lors.   L’ombre et les formes sombres dominent le jardin, surtout sous le soleil intense du Vaucluse.

.

La Louve, le jardin de Nicole de Vésian à Bonnieux

The gardens laid out by Clara and Olivier Filippi are informal and almost the exact opposite to those of Nicole de Vésian. Their demonstration garden in Mèze and the selection of ready-to-use Mediterranean plants from their pépinière, have inspired members’ garden style. Olivier’s evangelical enthusiasm, and his books and lectures in both French and English are major drivers. Olivier loves to point out the folly of trying to adopt traditional temperate style gardening methods in the Mediterranean Basin. He proposes “Alternatives au gazon”, alternatives yes, but not substitutes. To succeed, he tells us to embrace the seasons and summer dormancy, to plant with the autumn rains, to use ‘couvre-sols’, dry meadows and the plants of the garrigue. And we have followed his advice.

Les jardins aménagés par Clara et Olivier Filippi sont informels et presque tout à fait le contraire de ceux de Nicole de Vésian.  Leur jardin de démonstration à Mèze et la sélection de plantes méditerranéennes prêtes à l’emploi dans leur pépinière ont inspiré le style de jardinage de nos membres.  L’enthousiasme évangélique d’Olivier, ses livres et ses conférences en français et en anglais nous ont énormément motivés.  Olivier aime souligner la folie d’essayer d’adopter dans le bassin méditerranéen des méthodes de jardinage traditionnelles de climat tempéré.  Il propose des « Alternatives au gazon », des alternatives oui, mais pas des substituts.  Pour réussir, il nous conseille de profiter des saisons et de la dormance estivale, de planter avec les pluies d’automne, d’expérimenter les couvre-sols, les prairies sèches et les plantes de garrigue.  Et nous avons bien suivi ses conseils.

.

This photograph illustrates the ’natural’ style of a typical Filippi-style garden with lightly clipped boules, cushions, and carpets, including lavenders, rosemary, achillea, cistus, phlomis, helichrysum, oregano and euphorbia.

Cette photo illustre le style « naturel » d’un jardin du type « Filippi » avec des boules, des coussins et des tapis légèrement taillés de lavande, de romarin, d’achillée, de ciste, de phlomis, d’helichrysum, d’origan et d’euphorbe.

Gardening in the Mediterranean Basin is not easy. The climate is harsh and new practices must be learnt, however MGF Members have responded enthusiastically. They have incorporated ideas such as cloud pruning, winter features and mixed plantings of woody shrubs and perennials into their gardens.

Jardiner dans le bassin méditerranéen n’est pas facile. Le climat est rude et de nouvelles pratiques doivent être adoptées, mais les membres de MGF ont répondu avec enthousiasme. Ils ont intégré dans leurs jardins des idées telles que la taille en nuage, les plantations d’intérêt hivernal et les plantations mixtes d’arbustes ligneux et de plantes vivaces.

.

This garden in the Vaucluse shows the influence of both Nicole de Vésian and Olivier Filippi.

Ce jardin dans le Vaucluse montre l’influence de Nicole de Vésian et d’Olivier Filippi.

The same garden in winter, with structure provided by strong, contrasting shapes.

Le même jardin en hiver, dont la structure est assurée par des formes fortes et contrastées.

.

A less structured part of the garden includes gaura, Stipa barbata, miscanthus and Salvia nemorosa.  

Une partie moins structurée du jardin comprend gauras, Stipa barbata, miscanthus et Salvia nemorosa.

Iris germanica provides colour in another Vaucluse garden. A different look, with softer colours, could be achieved using Iris lutescens, the garrigue iris.

Iris germanica apporte de la couleur dans un autre jardin du Vaucluse.  Un aspect différent, avec des couleurs plus douces, pourrait être obtenu en utilisant Iris lutescens, l’iris de la garrigue.

.

This garden in the Gard was created in 2007/8 on land covered with mature Quercus ilex, Quercus coccifera, euphorbia, marjoram and thyme. The planting is a mix of woody shrubs including callistemon, nandina and juniper with bulbs and perennials such as sedums, alliums, lavender, thyme, phlomis, salvia, gaura and verbena. This mixture gives year-long interest and colour.

Ce jardin dans le Gard a été créé en 2007/8 sur un terrain couvert de grands Quercus ilex et Quercus coccifera, d’euphorbes, de marjolaine et de thym.  La plantation est un mélange d’arbustes ligneux comme le callistémon, le nandina et le genévrier avec des bulbes et des plantes vivaces telles que sédums, alliums, lavande, thym, phlomis, sauges, gauras et verveine. Ce mélange offre intérêt et couleurs tout au long de l’année.

.

In the Hérault valley, this garden has been planted in a ‘prairie/garrigue’ style. The owner writes: “Grasses have done well, especially the stipas, with inter-planting of irises, hemerocallis, achilleas, penstemons, gaura, alliums, verbena and even aquilegias. Planting using the ‘Filippi’ method, with very little additional watering, has worked over time.”

Dans la vallée de l’Hérault, ce jardin est planté dans un style « prairie/garrigue ».  Selon le propriétaire : « Les graminées ont bien réussi, surtout les stipes, avec une plantation intercalaire d’iris, d’hémérocalles, d’achillées, de penstémons, de gauras, d’alliums, de verveine et même d’ancolies.  La plantation selon la méthode « Filippi », avec très peu d’arrosage supplémentaire, a bien fonctionné au fil du temps ».

.

These two photographs of a Caunes-Minervois garden illustrate the natural look. On the left, a mix of Phlomis purpurea, Geranium ‘Rambling Robin’,Eschscholzia californica, Achillea millefolium, Catananche caerulea, and Pennisetum ‘Red Button’. On the right, sunlight dramatically highlights Eryngium eburneum, Salvia nemorosa, Allium sphaerocephalon, Eragrostis elliottii and Pennisetum ‘Tall Tails’.

Ces deux photos d’un jardin de Caunes-Minervois illustrent le style « naturel ».  A gauche, un mélange de Phlomis purpurea, de Geranium ‘Rambling Robin’, d’ Eschscholzia californica, d’Achillea millefolium, de Catananche caerulea, et de Pennisetum ‘Red Button’.  A droite, la lumière du soleil met en valeur Eryngium eburneum, Salvia nemorosa, Allium sphaerocephalon, Eragrostis elliottii et Pennisetum ‘Tall Tails’.

.

This garden in the Pyrénées-Orientales is planted on poor but well-drained soil. “Any serious planting requires a pickaxe, so there is excellent drainage, and the garden has survived extremes of weather.” The owners have planted abutilon, bergenia, callistemon, cycas, euphorbia, salvia, kniphofia, palms including species of Trachycarpus and Chamaerops, phormium, stipa and bearded iris. Cotoneaster, bay, myrtles, box and teucrium have been clipped into architectural shapes. Those species which can tolerate extreme weather have survived, some having been planted over 30 years ago.

Ce jardin des Pyrénées-Orientales a été créé sur un sol pauvre mais bien drainé. « Toute plantation sérieuse nécessite une pioche.  Il y a donc un excellent drainage et le jardin a survécu à des conditions climatiques extrêmes ».  Les propriétaires ont planté des abutilons, des bergénias, des callistémons, des cycas, des euphorbes, des sauges, des kniphofias, des palmiers dont des espèces de Trachycarpus et de Chamaerops, des phormiums, des stipes et des iris barbus.  Cotonéaster, laurier, myrtes, buis et teucrium ont été taillés en formes architecturales.  Seules les espèces qui peuvent tolérer des conditions climatiques extrêmes ont survécu, certaines ayant été plantées il y a plus de 30 ans.

.

In this Hérault garden, clipped teucrium (foreground) has been used with box, Myrsine africana, cistus and ballota, under mature trees.

Dans ce jardin de l’Hérault, le teucrium taillé (au premier plan) a été planté sous de grands arbres, avec le buis, la myrsine africaine, le ciste et la ballota.

.

Jardin de style « Nicole de Vésian » au Barroux
And another Nicole de Vésian inspired garden, also in Le Barroux

.

In Bédarieux, salvia, cistus, helianthemums, grasses, spiky leaves and flowering perennials combine to create shape, texture and colour. Described by the owners as an “experimental garden” it was developed from a base of wilderness and builder’s rubble.

À Bédarieux, les sauges, les cistes, les hélianthèmes, les graminées, les feuilles hérissées et les plantes vivaces fleuries se combinent pour créer des formes, des textures et des couleurs. Décrit par les propriétaires comme un « jardin expérimental », il a été développé à partir d’un site à l’état sauvage, couvert de gravats de construction.

.

This walled garden near the centre of Montpellier is packed with interesting Mediterranean plants. In the photograph are Tulbaghia violacea, Helichrysum italicum and the tall Romneya coulteri in flower at the back.

Ce jardin clos près du centre de Montpellier regorge de plantes méditerranéennes intéressantes.  Sur la photo, on voit Tulbaghia violacea, Helichrysum italicum et un grand Romneya coulteri en fleurs au fond.

.

Of course, there are exceptions to the styles of garden shown so far, as exemplified by this garden in the Var where winter temperatures are not too severe. It contains shrubs, succulents, ferns, palms, cacti and some tropical plants. The owners wished “to have something in bloom throughout the year”.

Bien sûr, il y a des jardins pas du tout semblables à ceux présentés jusqu’ici, comme par exemple ce jardin dans le Var où les températures hivernales ne sont pas trop sévères.  Il contient des arbustes, des plantes grasses, des fougères, des palmiers, des cactus et quelques plantes tropicales.  Les propriétaires souhaitaient « avoir quelque chose de fleuri tout au long de l’année ».

.

This final picture shows a member’s garden designed by a professional, James Basson, using plants supplied by Pépinière Fillipi. “Only drought-tolerant plants were used, planted without compost, in a substrate of crushed local rock, with 20 litres of water added at planting, then every 3 weeks, then leaving well alone.”

Cette dernière photo montre le jardin d’un membre conçu par un professionnel, James Basson, avec des plantes fournies par la Pépinière Filippi.  « Seules des plantes résistantes à la sécheresse ont été utilisées, plantées sans compost, dans un substrat de roche locale concassée, avec un apport de 20 litres d’eau à la plantation, puis toutes les 3 semaines, puis en laissant faire ».

.

The style and plant choices of members’ gardens have been influenced by the gardens of Nicole de Vésian and the Filippis. In less than 30 years, a new Mediterranean garden style has evolved in which members have adapted their designs, and the plants used, to the limitations of Mediterranean climate and soils.

Le style et le choix de plantes des jardins de nos membres ont été influencés par les jardins de Nicole de Vésian et des Filippi.  En moins de 30 ans, un nouveau style de jardin méditerranéen s’est développé, et en conséquence nos membres ont adapté leurs conceptions et les plantes qu’ils utilisent au climat et aux sols méditerranéens.


Text: David Bracey

Photographs: The MGF photo library / La photothèque MGF

Traduction : Michèle Bailey (avec DeepL)

The ephemeral jewels of the salsify flower
Les bijoux éphémères du salsifis

Click on the images to enlarge them / Cliquez sur les images pour les agrandir

Salsify belongs to the Asteraceae family (formerly Compositae). In our regions, there are mainly two wild species: Tragopogon pratensis, with yellow flowers, also known as Jack Go to Bed at Noon or Meadow Goat’s Beard, and Tragopogon porrifolius, with purple flowers. They flower from May to July. With very simple handling, their fruit can be transformed into something even more attractive and mysterious.

Le salsifis appartient à la famille des Astéracées (ex Composées). Dans nos régions, on rencontre surtout deux espèces sauvages : Tragopogon pratensis, à fleurs jaunes, également appelée Barbe de bouc, et Tragopogon porrifolius, à fleurs violettes. Elles fleurissent de mai à juillet. Avec une manipulation très simple, leurs fruits peuvent devenir encore plus attrayants et plus mystérieux.

Tragopogon pratensis
Tragopogon porrifolius

Salsify jewels / Les Joyaux du salsifis

Organisation of a salsify flower / Organisation et développement d’une fleur ligulée de salsifis

After pollination, the ovary develops into a fruit (here, an achene) while the sepals develop and form an ‘egret’ above the achene. In the wild, the fruit is scattered, with its egret in the shape of an inverted parasol.  In order to create a salsify jewel, one must stop the parasol from opening by tying a thread around its top.

Après la pollinisation, l’ovaire se transforme en fruit (ici, akène), tandis que les sépales se développent et forment l’aigrette qui surplombe l’akène. Dans la nature, le fruit est dispersé avec son aigrette en forme d’ombrelle inversée. Notre manipulation va consister à éviter l’ouverture de l’ombrelle en nouant un fil à son sommet.

Egrets scattering in the wild / Les aigrettes se dispersent dans la nature (Photo B. Garonne and coll., 2011)
After handling / Après manipulation

How to make ephemeral salsify jewels (*)

Mode opératoire pour obtenir les bijoux éphémères de salsifis (*)

Step 1:

Pick a ripe but still closed salsify head.

Stade 1:

Prélèvement d’un capitule de salsifis bien mûr, mais encore fermé.

Step 2:

Carefully remove all green bracts.

Stade 2:

Enlever délicatement toutes les bractées vertes.

Step 3:

Separate all fruits from their attachment points. Tie the end of the future berries with a fine sewing thread.  Then remove the achenes (basal part) by gently folding the fruit package at the arrow. This produces the package shown in figure 3.

Stade 3:

Séparer tous les fruits de leur point d’attache. Lier l’extrémité des futures aigrettes avec un fil à coudre fin.  Ensuite, ôter les akènes (partie basale) en pliant, au niveau de la flèche, délicatement le paquet de fruits. On obtient le paquet de la figure 3.

Step 4:

Place this small packet behind a glass window in direct sunlight, or in the oven at 100°C, for 5 minutes, and leave it in the switched-off oven until it has cooled completely.

Stade 4:

Placer ce petit paquet derrière une vitre en plein soleil, ou bien au four à 100°C, pendant 5 minutes, et le laisser dans le four éteint, jusqu’à refroidissement complet. 

The result is a bouquet of parasols (figure 4), an ephemeral salsify jewel.

On obtient un bouquet d’ombrelles, le bijou éphémère de salsifis.

(*) This technique has spread around the world of plant lovers. It was kindly sent to me by Roseline Guizard of the Société d’horticulture et d’histoire naturelle de l’Hérault.

(*) Cette technique circule dans le monde des amateurs de plantes. Je la tiens de l’amicale transmission de Roseline Guizard du Société d’horticulture et d’histoire naturelle de l’Hérault

Egret tree / Arbre aux aigrettes

Text: Emile Duhoux

Photos: Emile Duhoux, Roland Leclercq

Translation: Roland Leclercq.

Proofreading: Nanouk Pelen

Alternatives to Box / Alternatives au buis

An informative article on alternatives to box has been added to Plant Articles

Un article informatif sur les alternatives au buis a été ajouté aux articles sur les plantes

Seeds to sow in September / Semis de septembre

Click on the images to enlarge them / Cliquez sur les images pour les agrandir

As you will have noticed, in full summer everything is having a rest. Plants have stopped flowering because there isn’t much moisture to keep them alive. So they aren’t wasting what water there is, but waiting for better days. As for the gardener, he or she should use the summer pause to rest and think about new plantings. I’d like to invite you to have a look at the new seed list and to choose some seeds.

Comme vous avez dû le constater, en plein été tout le monde se met au repos. Les plantes du jardin cessent de fleurir car elles n’ont pas beaucoup d’eau pour les maintenir en vie. Donc, pas de gaspillage inutile, elles attendront des jours meilleurs. Le jardinier, lui, va enfin pouvoir profiter de cette pause estivale pour se reposer un peu et réfléchir à de nouvelles plantations. Je vous invite donc à consulter la nouvelle liste de graines afin de faire votre choix.

I’ll begin with an extract from Jaqueline Tyrwhitt’s book, Making a Garden on a Greek Hillside, which reflects my own thinking. Don’t misunderstand me, I certainly don’t want to discourage you – quite the opposite. Growing plants from seed is a delicate matter but the results are immensely gratifying. As I’ve said many times during workshops, we shouldn’t expect a 100% success rate with our sowings. My own average success rate is about 50%. This year it has reached 75% so far and I haven’t finished yet! Indeed, I hope to find the time to sow more seeds in September, and I invite you to do the same.

Je commencerai par un extrait du livre de Jaqueline Tyrwhitt « Making a Garden on a Greek Hillside » qui reflète vraiment ma pensée. Ne vous méprenez pas sur mon intention : Je ne veux surtout pas vous décourager, bien au contraire. Les semis sont une affaire délicate, mais les résultats sont infiniment gratifiants. Comme je le répète, lors de mes ateliers, il ne faut pas prétendre réussir ses semis à 100%. Ma moyenne de réussite est en général de 50 %. Cette année, mon taux est de 75 %, et je n’ai pas dit mon dernier mot! En effet, j’espère trouver le temps de faire d’autres semis en septembre, comme je vous y invite.

Tyrwhitt writes: “September is one of the good months for seed sowing, though I have never yet mastered the best rhythm of plant propagation in Greece. Seeds sown in September have to be kept shaded and watered and encouraged to make good roots, yet prevented from getting too leggy and sappy before the cold weather hits them. If they germinate, do not die off at once from the heat, do not damp off from being kept too moist, do not get eaten by ravenous snails after the first rain, do not die off after pricking out for multifarious reasons – including a dislike of our limey, silty soil, which makes a hard surface crust yet dries off very quickly – then they make healthy little plants that hold through the winter, are ready to burst into growth in the spring and have a strong enough root formation to see them through the hot summer.”

Voici ce que dit Jaqueline Tyrwhitt : « Septembre est un des mois les plus favorables pour les semis, bien que je n’ai jamais pu maitriser à fond la propagation des plantes en Grèce. Les graines semées en septembre doivent être gardées à l’ombre, arrosées et encouragées à émettre un bon réseau racinaire, et en même temps il faudra les empêcher de s’étioler et de rester encore pleines de sève avant que le froid ne les frappe. Si elles germent, ne meurent pas de suite à cause de la chaleur, ne subissent pas la fonte des semis à cause de trop d’humidité, ne se font pas dévorer par des escargots affamés après la première pluie, ne s’effondrent pas après le premier repiquage pour des raisons diverses et variées – y compris une aversion pour notre terre calcaire et limoneuse qui forme une croute dure en surface et sèche très rapidement – Et bien, elles finiront par donner des petits plants en bonne santé qui supporteront l’hiver, pousseront au printemps et formeront de belles racines afin de traverser l’été caniculaire.»

She goes on: “The other growing seasons are in late November and early December, after the rains have softened the ground but before the really cold weather starts, in late February after the worst cold is over, and in April for tender plants and late summer-flowering annuals.”

Elle continue: « Les autres saisons privilégiées pour les semis sont fin novembre et début décembre, après que les pluies aient assoupli la terre et avant que le froid n’arrive, fin février après les derniers coups de froid, et avril pour les plantes non rustiques et les annuelles qui fleurissent en fin d’été. »

Thus sowing in September should be reserved for Mediterranean plants. To be more precise, sowing in late November/early December is appropriate mainly for woody species, either because they require exposure to cold weather for the process of stratification or because the viability of their seeds is short-lived. What is more, they often have a low germination rate. Nevertheless it’s fun to grow a tree from seed.

Donc les semis de septembre sont surtout réservés aux plantes méditerranéennes. Je préciserais que les semis de fin novembre-début décembre s’appliquent plutôt aux espèces ligneuses, qui, soit ont besoin de l’hiver pour le processus de stratification, soit leurs graines ont un pouvoir germinatif très court. D’autre part, leur pourcentage de germination est souvent faible, mais c’est une expérience amusante que d’obtenir son arbre à partir d’un semis.

To help you make your choice from the seeds on the list offered to MGF members, here is a selection of those that can be sown in September:

Donc, pour guider votre choix au sein de la liste de graines offertes aux membres MGF, voici une sélection à semer dès septembre :

  • Achillea spp.
  • Alcea rosea and A. rugosa*
  • Ballota hirsuta and B. pseudodictamnus
  • Bupleurum fruticosum

*Can be either sown directly into the garden in autumn or into seed trays in spring.

*A semer directement en place à l’automne ou en godets au printemps.

Achillea filipendulina
Alcea rosea
Ballota pseudodictamnus
  • Caesalpinia (hot water treatment / traitement eau chaude #)
  • Callistemon spp.
  • Catananche caerulea
  • Centranthus ruber
  • Cistus spp. *
  • Dianthus spp.
  • Dolichandra unguis-cati
  • Dorycnium hirsutum (hot water treatment / traitement eau chaude #)
  • Echinops ritro

# Hot water treatment consists of pouring boiling water over the seeds and then leaving them to swell overnight before sowing them.

# Je précise que le traitement à l’eau chaude consiste à verser sur les graines de l’eau bouillante et à les laisser gonfler toute une nuit avant de les semer.

* Seeds of all cistus varieties germinate better if they are scarified before sowing. Rub them between two pieces of sandpaper for a couple of minutes which will help break down the hard seed coat. Dormancy can also be broken by simulating the effect of fire – put the seeds in the oven at 150°C for 10 minutes.

* Les cistes : on obtient un taux de germination bien meilleur si l’on scarifie les graines. Il faut les frotter une minute entre deux feuilles de papier de verre, pour attaquer le tégument dur qui enveloppe la graine et inhibe la germination. On peut également simuler l’action du feu pour lever la dormance, en les passant pendant une dizaine de minutes dans un four chauffé à 150°C.

Cistus x pulverulentus
Dolichandra unguis-cati
Echinops ritro
  • Erigeron karvinskianus
  • Eryngium yuccifolium
  • Euphorbia bivonae
  • Ferula communis
  • Gaura lindheimeri
Erigeron karvinskianus
Gaura lindheimeri
Ferula communis

  • Hesperaloe parviflora
  • Hypericum spp.
  • Iberis sempervirens
  • Kniphofia spp.
  • Lavandula spp.
  • Marrubium supinum
  • Medicago arborea (hot water treatment / traitement eau chaude #)
Kniphofia rooperi
Marrubium supinum
Medicago arborea
  • Oenothera spp.
  • Phlomis spp. *
  • Retama monosperma and R. sphaerocarpa ** (hot water treatment / traitement eau chaude#)
  • Ruta odorata
  • Salvia interrupta, S. palaestina, and S. pomifera. Amongst the easiest of salvias to propagate. / Font partie des sauges les plus faciles de semis.

* These hybridise very easily so new plants may not be true to the mother plant.

* Ces plantes s’hybridant très facilement, les rejetons ne seront pas forcément fidèles à la plante mère.

** The germination rate of retama quite is quite low, so improve your chances of success by scarifying the plant with a grinder to attack the hard, waterproof seed coat.

** Le taux de germination est assez faible. On peut augmenter ses chances en scarifiant les graines à la meule avant de les ébouillanter, pour attaquer le tégument dur et imperméable.

Phlomis russeliana
Retama monosperma
Salvia interrupta
  • Scabiosa spp.
  • Sesbania punicea (hot water treatment / traitement eau chaude #)
  • Spartium junceum (hot water treatment / traitement eau chaude #)
  • Stachys germanica
  • Stipa spp.
Scabiosa cretica
Spartium junceum
Stachys germanica
  • Teucrium spp.
  • Tulbaghia violacea
  • Verbena bonariensis and V. rigida
Teucrium hircanicum
Tulbaghia violacea
Verbena bonariensis

There is a mine of technical information about propagating from seeds in Olivier Filippi’s exceptional book, The Dry Gardening Handbook.

Toutes les informations techniques concernant le semis sont issues du livre exceptionnel d’Olivier Filippi ‘Pour un jardin sans arrosage’.

To conclude, don’t be discouraged if all your seeds don’t germinate. Even some established nurserymen only get a 30 to 40 % germination rate for roses, for example. It’s a good idea to sow seeds in two batches, half the packet in July or September and the other half in March. This will double your chances of success. And even if only one sturdy young plant emerges from a tray of seedlings it will be all the more precious in your eyes.

En conclusion, ne vous découragez pas trop vite. Même les pépiniéristes de renom, obtiennent parfois, dans le cas des rosiers par exemple, seulement 30 à 40 % de taux de germination. Faites aussi vos semis en 2 fois. Semez la moitié du sachet en juillet ou en septembre et l’autre moitié en mars par exemple. Vous multiplierez les chances de réussite. Et même s’il ne reste qu’une seule plantule vivante sur toute une terrine de semis, elle n’en sera que plus précieuse à vos yeux.

I wish you good germination and much pleasure in seeing your seedlings grow. Don’t hesitate to contact me to tell me of your successes and failures.

Je vous souhaite une bonne germination et beaucoup de plaisir à regarder pousser vos jeunes plantules. N’hésitez pas à me contacter par email que ce soit pour parler de vos réussites comme de vos échecs.

How to propagate from seeds / Apprendre la propagation par semis

Text: Chantal Guiraud
Photos: MGF Photo Library